«L'initiative Ecopop est illusoire et peu crédible»

ImmigrationComme prévu, le Conseil des Etats a balayé l'initiative Ecopop «Halte à la surpopulation». Le sénateur Robert Cramer (Verts/GE) explique les raisons de ce rejet.

Robert Cramer (Verts/GE) est farouchement opposé au texte d'Ecopop.

Robert Cramer (Verts/GE) est farouchement opposé au texte d'Ecopop. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pas question de limiter à 0,2% par an la croissance de la population suisse due aux migrations. Par 39 voix contre 1, le Conseil des Etats a recommandé mercredi 18 mars le rejet de l'initiative «Halte à la surpopulation» de l'Association Ecopop. Celle-ci veut préserver les ressources naturelles de la Suisse en limitant la croissance de la population due à l'immigration à 0,2%, soit 16'000 étrangers par an. Robert Cramer (Verts/GE) a rejeté le texte. Il s'en explique.

24 heures: l’initiative se veut écologiste. Pourquoi le Vert que vous êtes s'oppose à ce texte qui vise à préserver les ressources naturelles de la Suisse?

Robert Cramer:Parce qu’elle est totalement inefficace pour atteindre cet objectif. Si on regarde concrètement ce que veut cette initiative, il n’y a strictement aucune mesure qui vise à préserver l’environnement. En réalité, ce texte veut diminuer la population mais de façon peu crédible.

Pourquoi n’est-elle pas crédible?

Ce que propose l’initiative, c’est que l’augmentation de la population par le biais de l’immigration ne soit pas supérieure à 0,2%, soit 16'000 personnes par an. Or, quand on sait que l’empreinte écologique - soit le nombre de planètes qu’il faudrait si chacun vivait comme on vit dans notre pays - est de 3 à 4 en Suisse, il faudrait non seulement ne pas augmenter la population, mais au contraire la diminuer de façon considérable, soit d’un facteur de 3 à 4. Ce qui ramènerait notre population de 8 millions de personnes à 2-3 millions, si l'on estime que c’est la bonne façon de préserver les ressources naturelles. On voit donc bien que c’est totalement illusoire !

Pour vous, les recettes d’Ecopop sont mauvaises. Mais que préconisez-vous?

La bonne recette, c’est notamment l’initiative qui a abouti sur l’économie verte. Elle est en voie d’examen et le Conseil fédéral propose un certain nombre de mesures qui vont dans le bon sens. Nous avons le sentiment que si nous l’appliquons de manière sérieuse, nous devrions arriver d'ici 2050 à une empreinte écologique de 1. Soit obtenir le même effet sur l’environnement que si l’on avait diminué en Suisse la population de 2 à 3 millions de personnes. Et en gardant la même population dans le pays, contrairement à Ecopop.

Vous critiquez l’initiative qui irait même dans le sens contraire de ce qu’elle prône. Pourquoi?

Elle se focalise sur la population résidente en Suisse. Mais elle est facilement contournable! Il suffit d’augmenter de façon considérable les frontaliers puisqu'ils ne vivent pas en Suisse. Et là je crois qu’il n’y a pas besoin d’être spécialiste de l’environnement pour comprendre que c’est bien plus nuisible dans une perspective de préservation des ressources naturelles...

Cette initiative soulève néanmoins une question de fond : la Suisse peut-elle accueillir 15 ou 20 millions de personnes sur son territoire? Peut-elle croître sans limites? Il faut savoir ce que l’on veut faire. Si le but est de préserver les ressources naturelles, cette initiative ne donne pas les bonnes recettes. Si son but est de lutter contre l’augmentation de la population en Suisse, elle donne des recettes relativement médiocres, puisqu’elle favorise l’accroissement des frontaliers. Si enfin son but suprême est de dire qu’il faut diminuer la population en Suisse, on peut attaquer ce problème pour lui-même. Mais dans ce cas, je peux vous donner une recette très simple: augmentons la fiscalité des entreprises internationales! La population diminuera automatiquement. Les firmes quitteront le pays et un bon nombre de Suisses avec. Pour rendre la Suisse moins attractive, il y a de nombreuses possibilités!

Le texte d'Ecopop séduit au sein même des Verts puisque l’ancien coprésident des Verts en Argovie fait partie du comité d’initiative…

Je ne connais aucun Vert représentatif qui soit réellement séduit. Il n’y a aucun problème dans notre parti à ce niveau-là. Nous sommes unanimes au sein de la direction et chez les élus à l'Assemblée fédérale pour dire que l’on doit combattre ce texte. Dans un précédent congrès, la question a été abordée et largement rejetée. Alors si lors d’un prochain congrès où nous prendrons position sur cette initiative, certains sont d’un avis différent, cela n’aurait rien de surprenant. C’est normal. Nous ne sommes pas un parti dictatorial.

Peut-être, mais selon un récent sondage en Suisse alémanique, près d’un électeur Vert sur trois approuverait le texte…

Je n’en sais rien. Les électeurs verts, je ne les connais pas. C’est un groupe de gens qui varient selon les objets. Parfois ils nous suivent, parfois ils ne nous suivent pas. C’est comme ça.

Craignez-vous que le texte soit accepté fin novembre, dans la mesure où le peuple se prononcera en plein examen de la mise en œuvre de la votation contre l’immigration de masse?

Je ne le souhaite pas. Mais je pense surtout qu’il y a une responsabilité particulière des Verts par rapport à cette initiative Ecopop. Comme elle se prévaut de vouloir préserver les ressources naturelles, et comme on crédite les Verts d’une certaine expertise en la matière, nous devrons être très présents dans la campagne pour expliquer que ce texte n’est pas adéquat si on veut préserver l’environnement. Mais vu la somme de repentirs qu’il y a eu après le vote sur l’immigration de masse, j’ai bon espoir que cette initiative soit repoussée.

(nxp)

Créé: 19.03.2014, 12h36

Articles en relation

L’initiative Ecopop devrait être balayée aux Etats

Population étrangère Le Conseil des Etats se penche ce mercredi sur l’initiative Ecopop «Halte à la surpopulation» sur laquelle les Suisses se prononceront. Le texte devrait être largement rejeté, faute de soutien politique. Plus...

Pourquoi l'initiative Ecopop mobilise tant les politiciens

Libre circulation Les Suisses ne savent pas encore quand ils se prononceront sur le texte d'Ecopop «Halte à la surpopulation». Mais le sujet agite les esprits à Berne depuis les votations du 9 février. Décryptage en 8 points. Plus...

Le Parlement se prononcera sur l'initiative d'Ecopop

Immigration L'initiative «Halte à la surpopulation» déposée par Ecopop, pourra bientôt être débattue au Parlement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.