«Notre initiative forcera les cantons à limiter les zones à bâtir»

Mitage du territoireLes Jeunes Vert-e-s suisses déposent une initiative populaire pour stopper l'étalement urbain et préserver les terres agricoles. Un texte qui poserait des limites fortes et définitives au développement.

Ilias Panchard, de Chavannes-près-Renens (VD), est le coprésident des Jeunes Vert-e-s suisses.

Ilias Panchard, de Chavannes-près-Renens (VD), est le coprésident des Jeunes Vert-e-s suisses. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Stop au bétonnage: les Suisses pourraient à nouveau se prononcer sur la question. Les Jeunes Vert-e-s suisses déposeront demain une initiative populaire intitulée «Contre le mitage». Soutenu par les Verts et la Jeunesse socialiste (Juso), le texte veut mettre une limite à l’extension des zones à bâtir.

Pourquoi cette nouvelle offensive? Après la Lex Weber sur les résidences secondaires et la Loi sur l'aménagement du territoire (LAT), les mesures ne sont-elles pas suffisantes? Questions au Vaudois Ilias Panchard, coprésident des Jeunes Vert-e-s suisses.

– Les Suisses ont déjà voté pour limiter les constructions. Qu'est-ce que votre initiative demande en plus?
Malgré le fait qu'on a voté sur la Loi sur l'aménagement du territoire (LAT) en mars 2013, rien ne permet actuellement de limiter les zones à bâtir. La LAT réclame que les cantons fassent une projection sur quinze ans en termes de démographie et de croissance. Mais on peut imaginer qu'une nouvelle projection se fasse dans l'avenir et que la zone à bâtir globale soit encore plus grande! Notre nouvelle initiative forcera les cantons à limiter les zones et à densifier. Il s'agit aussi réfléchir à une échelle régionale et pas seulement cantonale.

– Plus question d'étendre encore les zones d'habitat, seuls des échanges seraient encore possibles...
Oui, nous demandons un gel de la zone à bâtir et nous avons prévu un mécanisme d'échange de zones. S'il y a un potentiel de croissance dans une commune, alors une zone pourrait devenir constructible, mais à condition qu'une zone de même taille redeviennent une zone agricole. L'alternative est simple: soit on laisse le marché et les milieux immobiliers décider de ce qu'ils construisent, soit on freine cette course à l'étalement urbain et au gaspillage des sols agricoles. Je rappelle qu'en Suisse l'équivalent de huit terrains de football de terres fertiles est bétonné chaque jour.

– Est-ce qu'en densifiant l'habitat on ne risque pas de faire exploser les prix dans les zones urbaines?
C'est là où intervient la deuxième partie de notre initiative, qui propose des quartiers durables. Ce genre d'habitat se développe déjà à Bâle, à Zurich, à Winterthur et à Genève. Il permet, notamment avec des coopératives, de construire du logement accessible, destiné à la location. Utiliser le potentiel de densification dans les villes, par exemple surtout dans les zones industrielles proches des voies CFF, permettra de lutter contre la pénurie de logements.

– Vous voudriez que tout le monde habite en ville, dans de petits espaces et dans des tours? N'est-ce pas paradoxal pour des amoureux de la nature?
D'abord notre vision ne concerne pas que les villes, mais toutes les agglomérations. Prenez la région lémanique, entre Lausanne, Morges et Nyon, on peut presque dire que c'est une grande ville. En termes de densification, ce que nous prônons, ce n'est justement pas des tours, mais ce qui se fait dans différents quartiers durables: des bâtiments de cinq ou six étages. Des quartiers où il fait bon vivre, où il y a des échanges entre les générations, des commerces locaux. Le but est de recréer des espaces de vie et de la proximité.

– Après la Lex Weber, l'initiative sur la paysage et la LAT, n'est-ce pas l'initiative de trop?
Non. L'Initiative sur le paysage a été retirée au profit du contre-projet qui était révision de la LAT, donc les Suisses n'ont pas voté sur ce texte. Je ne crois pas que notre initiative soit de trop mais, je peux éventuellement concéder qu'elle arrive peut-être quelques années trop tôt. Elle peut paraître idéaliste mais elle est très réfléchie: elle exprime les préoccupation d'une génération qui se soucie énormément des questions d'aménagement du territoire et des façons de vivre.

Créé: 20.04.2015, 13h44

Ce que demande l'initiative

L'initiative populaire «Stopper le mitage - pour un développement durable du milieu bâti» sera déposée demain, mardi.

Elle se propose de combattre l'étalement urbain et de stopper le bétonnage en modifiant l'article 75 de la Constitution fédérale.

Elle exige que les pouvoirs publics (Confédération cantons et communes) prennent des mesures pour:

- Employer le sol avec parcimonie et «veiller à créer un environnement favorable à des formes d'habitat et de travail durables dans des structures de petite taille se caractérisant par une qualité de vie élevée et des cours trajets (quartiers durables).»

- Densifier l'habitat.

- Cesser de créer de nouvelles zones à bâtir «sauf si une autre surface (...) d'une valeur de rendement agricole potentielle a été déclassée.»

- Interdire les constructions hors zones à bâtir, à l'exception des «constructions et installations destinées à l'agriculture» ainsi que «les constructions d'intérêt public dont l'emplacement est imposé par le destination». La loi «peut prévoir des exceptions» et «les constructions existantes bénéficient de la garantie de la situation acquise et peuvent faire l'objet d'un agrandissement ou d'une changement d'affectation mineurs».

Articles en relation

Les défenseurs du paysage s’attaquent aux poulaillers

Environnement Editorial Pour éviter le mitage du territoire, la Fondation pour la protection du paysage veut bannir les élevages en zone agricole Plus...

Aménagement du territoire, Berne s’emballe!

L'invitée La directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l'industrie, Claudine Amstein, dénonce la direction prise par la 2e révision de la LAT. Plus...

Le Valais s'accroche à ses terrains à bâtir

Aménagement du territoire Seul canton avoir refusé la révision de la LAT en 2013, le Valais tente aujourd'hui de la mettre en œuvre avec souplesse. Plus...

Des privés cherchent à troquer des droits à bâtir

Vufflens-la-Ville Bloqués par la LAT, des propriétaires partent eux-mêmes à la recherche de mètres carrés constructibles. Plus...

La droite unie derrière Jacqueline de Quattro

Grand Conseil Les libéraux-radicaux, avec l’appui de l’UDC et des Vert’libéraux, ont refusé quatre interventions des Verts sur la mise en œuvre de la LAT Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.