Passer au contenu principal

L'initiative contre les pédophiles est jugée illusoire

Inadaptée, disproportionnée et n'atteignant pas son but: un comité formé de politiciens et de plusieurs organisations en faveur de l'enfance a rejeté l'initiative sur les pédophiles soumise au vote le 18 mai.

Le conseiller national Carlo Sommaruga explique pourquoi il dit non à l'initiative de Marche Blanche.

Après les partisans de l'initiative de la Marche blanche «pour que les pédophiles ne travaillent plus avec des enfants» le 25 mars dernier, c'était au tour des opposants au texte de monter au front ce jeudi 10 avril à Berne. Un comité interpartis rassemblant 106 parlementaires de tous bords (sauf l'UDC) a dit tout le mal qu'il pensait du texte soumis au vote populaire le 18 mai. L'initiative est jugée «superflue, incomplète et disproportionnée». Elle ne protégera en outre pas efficacement les enfants contre les abus sexuels de récidivistes.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.