«L’initiative UDC est une fausse promesse»

ImmigrationPour la ministre de Justice et Police, la socialiste Simonetta Sommaruga, le débat sur l’immigration doit être mené. Mais le texte de l’UDC n’apporte aucune réponse.

Pour Simonetta Sommaruga, la?forte immigration n’a pas engendré les problèmes d’infrastructures dont souffre la?Suisse, mais les a rendus plus visibles.?

Pour Simonetta Sommaruga, la?forte immigration n’a pas engendré les problèmes d’infrastructures dont souffre la?Suisse, mais les a rendus plus visibles.? Image: JEAN-PAUL GUINNARD

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Simonetta Sommaruga reçoit dans son bureau du Palais fédéral. Déterminée, la conseillère fédérale socialiste en charge du Département de justice et police argumente avec rigueur et pragmatisme. La campagne à venir s’annonce pourtant émotionnelle. «C’est normal, car cela touche la vie des gens. Mais nos réponses, elles, doivent être factuelles», avoue-t-elle.

Il y a un vrai malaise dans la population avec la libre circulation des personnes. Et le Conseil fédéral dit simplement non à l’initiative de l’UDC?

L’initiative de l’UDC prétend régler tous les problèmes via le contingentement de l’immigration. C’est une fausse promesse. Quand ce système était en vigueur dans les années 60 et 70, nous avions plus de 100 000 personnes par année qui arrivaient en Suisse. C’est toujours l’économie qui dicte le besoin en travailleurs étrangers. Et elle continuera à le faire. De plus, si on prend la dimension humaine, ces travailleurs qu’on va chercher, qui paient leurs impôts ont aussi des droits. Ce sont des êtres humains qui ont le droit de vivre avec leur famille, leurs enfants. On sait aussi que la possibilité de vivre en famille favorise l’intégration.

Vous dites non à l’initiative de l’UDC et le même jour vous proposez d’étendre la libre circulation à la Croatie. Le timing n’est-il pas dangereux?

Je préfère parler de chance que de danger. Une discussion doit être menée, de toute façon, sur les réformes dont la Suisse a besoin pour que la population ressente l’immigration comme une chance pour notre pays. Avec ou sans la Croatie. Avec ou sans l’initiative de l’UDC. La question de l’immigration en Suisse doit être débattue. Et là, les villes, les communes, les cantons, l’économie et aussi la Confédération sont appelés à faire leur travail. La Croatie, elle, sera le prochain membre de l’Union européenne. Nous sommes donc dans la continuité de la libre circulation. Il n’y a rien de nouveau.

Ces campagnes s’annoncent émotionnelles. Allez-vous descendre seule dans l’arène pour vous battre, ou serez-vous accompagnée par vos collègues du Conseil fédéral?

Ces questions ne touchent pas que mon département, elles sont importantes pour l’économie, elles touchent les assurances sociales, les infrastructures, la politique extérieure et tous les domaines de notre société. Vous verrez le Conseil fédéral très engagé pour répondre à toutes les questions de la population.

Retrouvez l'interview complète dans l'édition du jour du 24 Heures.

Créé: 07.12.2012, 23h26

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.