L’inquiétant moustique-tigre est aux portes de Genève

SantéAlors que la France voisine est en alerte orange, l’insecte nuisible n’a pas été observé dans le canton. L’Etat guette toutefois son arrivée.

Corine Jaquelin, mandataire de l’Etat, était jeudi derrière la gare Cornavin pour relever l’un des pièges à moustique-tigre.

Corine Jaquelin, mandataire de l’Etat, était jeudi derrière la gare Cornavin pour relever l’un des pièges à moustique-tigre. Image: Georges Cabrera

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous sommes encerclés, ce n’est désormais qu’une question de temps.» Par ce vocabulaire presque guerrier, le médecin cantonal, Jacques-André Romand, évoque l’arrivée prochaine du moustique-tigre à Genève, qui peut transmettre de graves maladies. De fait, la France a placé l’Ain, la Haute-Savoie et le Jura en «vigilance orange» après que plusieurs insectes ont été interceptés dans ces départements voisins.

Le nuisible a-t-il eu la politesse de s’arrêter à la frontière? «Jusqu’à maintenant, nos analyses n’ont pas révélé de présence à Genève», constate Bertrand von Arx, responsable de la biodiversité à l’Etat, confiant par ailleurs qu’il n’a pas encore reçu les résultats pour cette année. «Notre canton est peut-être moins en contact avec des populations actives ou notre environnement leur est moins favorable.»

Système de surveillance

Averti que cet insecte autrefois limité au sud de l’Europe progresse vers le nord, le Canton a instauré il y a trois ans un système de surveillance. Une dizaine de sites connus pour être des points d’entrée de marchandises et de personnes – comme l’aéroport, la gare, les autoroutes, les parcs relais et certaines douanes – ont alors été munis de pièges à moustiques. «Nous simulons un environnement favorable à ces insectes pour tenter de les attirer, explique Bertrand von Arx. Comme ils aiment bien l’eau stagnante, nous avons posé des petits pots d’eau.»

Si l’arrivée du moustique-tigre inquiète tant les autorités, c’est qu’il peut transmettre des maladies comme la dengue ou le chikungunya, dont les principaux symptômes sont de fortes fièvres. «L’insecte en soi n’est pas dangereux même s’il est plus agressif que les autres et que ses piqûres sont donc plus désagréables, précise Jacques-André Romand. Par contre, lorsqu’il pique une personne atteinte de la maladie (dengue ou chikungunya), il peut être contaminé et devenir vecteur de transmission de la maladie.»

Pas de cas autochtones

En Suisse, tous les cas de dengue et chikungunya recensés ont été contractés à l’étranger. La France a, en revanche, récemment observé des transmissions autochtones au sud du pays.

Pour éviter la propagation du moustique et par conséquent celle de ces maladies, la Suisse et la France adoptent la même stratégie: éradiquer dès que possible les populations détectées en détruisant leurs nids. Car une fois contaminé, l’insecte transmet la maladie à ses œufs. «C’est toute une lignée qui devient alors vecteur de la maladie», indique Bertrand von Arx. Elément rassurant, le moustique-tigre n’aime pas le froid et ne survit pas aux températures négatives. «Cela nous permet pour l’instant de repartir chaque année à zéro», note le médecin cantonal.

Pour ne pas attirer des insectes proches des habitations, Jacques-André Romand recommande aux habitants d’éviter toute poche d’eau stagnante, lieu de nidification par excellence.

Créé: 31.07.2015, 07h47

Le moustique-tigre est originaire d’Asie du Sud-Est. Introduit accidentellement sur la côte méditerranéenne au début des années 2000, par le biais du transport de marchandises, il s’est ensuite rapidement propagé en Italie, en France et en Espagne. En Suisse, cet insecte s’est installé au Tessin dès 2007.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il est plus petit que la plupart des moustiques indigènes. Son corps mesure environ 5 mm et présente des rayures noires et blanches (d’où son nom).

Le moustique-tigre vole plutôt près du sol, se déplace peu et pique aussi en journée.

Articles en relation

Gare au retour printanier des bestioles nuisibles!

Nature Avec le mercure qui remonte, les chenilles processionnaires, les tiques et autres bêtes se réveillent. Plus...

Un moustique ça pique énormément

Science Une étude vient de montrer que nous serions prédisposés génétiquement à attirer ces bestioles. Mais notre ADN n’explique pas tout Plus...

Une invasion de moustiques menace la Suisse

Insectes La pluie de ces derniers jours favorisera l'éclosion de milliers d’œufs de moustiques au bord des fleuves et des lacs ces prochains jours. Plus...

Des moustiques totalement résistants aux insecticides

SANTE Une étude a mis en évidence le fait qu'une mutation génétique rendait des populations de moustiques totalement résistants aux insecticides. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.