Passer au contenu principal

GenèveTrop d'intérim sur les chantiers dénonce Unia

Le syndicat Unia s'insurge contre le recours massif de travailleurs temporaires sur certains chantiers genevois. Et demande au monde politique d'agir.

Les pratiques dénoncées par Unia ont cours parfois sur d'importants chantiers.
Les pratiques dénoncées par Unia ont cours parfois sur d'importants chantiers.
Keystone

Unia a dénoncé lundi le recours massif à des travailleurs temporaires sur les chantiers genevois. Ces ouvriers représentent parfois la majorité des troupes. Le syndicat demande au monde politique d'agir pour ramener la proportion de temporaires à 10%.

Les travailleurs temporaires sont les esclaves des temps modernes, a déclaré devant la presse José Sebastiao, secrétaire syndical auprès d'Unia. Ils sont payés au minimum prévu par la convention collective de travail, peuvent être renvoyés du jour au lendemain s'ils protestent et doivent montrer une flexibilité sans faille.

Les pratiques dénoncées par Unia ont cours dans des endroits surprenants. Le syndicat a découvert qu'un gros chantier de l'Organisation internationale du travail (OIT) employait en nombre des travailleurs temporaires. On s'attendrait pourtant à ce que la précarité ne soit pas de mise dans ces lieux, a noté M.Sebastiao. «Nous exigeons que l'OIT diminue le travail temporaire à 10% sur ce chantier», a poursuivi le syndicaliste, qui déplore le manque de bonne volonté de l'organisation. Une réunion est prévue entre l'OIT, Unia et l'entreprise concernée à la rentrée d'automne, a pour sa part indiqué le porte-parole de l'OIT, Hans von Rohland.

Immoral

Actuellement, aucun règlement ou loi ne fixe de limite à l'engagement de travailleurs temporaires. «Ce n'est pas illégal, mais c'est immoral», a souligné Dominique Deillon, responsable du second oeuvre chez Unia Genève. Des avancées ont été obtenues pour l'instant auprès de certaines communes.

Ainsi, Carouge et Vernier ont accepté de restreindre le travail temporaire à 10% sur les chantiers publics. Meyrin voulait leur emboîter le pas, mais a fait marche arrière au dernier moment, a regretté M.Sebastiao. Le syndicaliste souhaiterait également un geste de la Société suisse des entrepreneurs (SSE).

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.