Les Irakiens arrêtés en Suisse utilisaient un langage codé

TerrorismeTrois Irakiens sont suspectés d'avoir préparé un attentat. Le Ministère public de la Confédération est convaincu qu'ils communiquaient en codant leurs messages et a requis l'expertise d'un spécialiste américain.

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a été alerté par ses homologues américains.

Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a été alerté par ses homologues américains. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Ministère public de la Confédération (MPC) en est persuadé. Les Irakiens arrêtés en Suisse et soupçonnés de préparer un attentat utilisaient un code pour communiquer, comme l'écrit le Tages-Anzeiger dans son édition du 29 décembre 2014.

Une certitude née des discussions des prévenus sur Facebook. Le principal suspect, un requérant d'asile établi à Beringen près de Schaffhouse, y fait souvent mention de boulangeries et de pains. Des propos d'autant plus étonnants que son correspondant en Syrie n'est autre qu'un des chefs supposés du groupe Etat islamique.

Le choix de l'expert

Des phrases telles que «cher frère, tu sais que lorsque je prépare du pain, j'ai besoin de beaucoup d'ingrédients» ont attiré l'attention de la National Security Agency (NSA). Qui a ensuite alerté ses homologues helvétiques.

Les trois suspects originaires de Mossoul sont depuis en détention, soupçonnés d'être une cellule du groupe 'Etat islamique et de préparer un attentat, mais la fouille des domiciles fin mars n'a rien donné. Et la police fédérale peine toujours à avoir accès aux discussions sur Facebook, malgré des demandes répétées au FBI américain.

Le Ministère public s'est également tourné vers Evan Kohlmann, un spécialiste américain des réseaux islamistes. Un choix qui fait polémique en Suisse. «Il est hautement significatif que le MPC demande l'aide d'un soi-disant expert impliqué dans plusieurs procédures problématiques pour les droits de l'homme à Guantanamo», souligne un des avocats bernois des prévenus.

La «pastèque» pour arme

Evan Kohlmann est très souvent requis outre-Atlantique, bien qu'il ne parle pas arabe. Pour de nombreux spécialistes du terrorisme, le New-Yorkais ne serait qu'un rouage de l'industrie de mise en accusation mise en place par le Département de la justice durant la période de George W. Bush.

Evan Kohlmann s'en défend, expliquant avoir recours à l'«accès unique aux canaux de communication des terroristes» et se basant sur les faits, pas sur les interprétations ou les spéculations.

En juin, le MPC lui a demandé de décoder les dialogues des suspects. Le spécialiste new-yorkais lui a remis quelques semaines plus tard son «Expert Report 1», d'une dizaine de pages. Mais le cas en question n'occupe qu'une demi-page en fin du rapport. A son avis, les mots utilisés à cette occasion sont un «euphémisme pour désigner des explosifs» et il «soupçonne fortement que la ‹pastèque› ne soit une arme».

Qui était le correspondant?

A la fin septembre, le ministère a invité Evan Kohlmann à une première confrontation avec le suspect principal à Berne. Car durant l'été, le MPC a eu accès à d'autres discussions sur Facebook qui ont renforcé ses soupçons.

Toutefois, des juristes estiment que ces dialogues ne suffisent pas à inculper les suspects. En attendant, le tribunal des mesures de contrainte de Berne a prolongé de trois mois la détention des prévenus.

Reste à définir l'identité du correspondant en Syrie des suspects. Interrogé à ce sujet, Evan Kohlmann a reconnu ne pas le connaître comme un chef de l'Etat islamique.

Créé: 29.12.2014, 12h59

Galerie photo

La progression du groupe Etat islamique

La progression du groupe Etat islamique La fulgurante progression des djihadistes sunnites du groupe Etat islamique (EI) met en péril la sécurité de toute la région.

Evan Kohlmann, spécialiste du terrorisme aux Etats-Unis mais ses méthodes font débat. (Image: Christian Weber)

Articles en relation

Cellule terroriste: les USA auraient averti la Suisse

ETAT ISLAMIQUE Le «Tages-Anzeiger» affirme que les Etats-Unis ont informé la Suisse du comportement suspect de trois Irakiens sur Internet. Plus...

L'Etat islamique aurait prévu un attentat en Suisse

Terrorisme Trois Irakiens auraient prévu de mener un attentat en Suisse, avec des explosifs et des gaz mortels. Le Service de renseignement de la Confédération (SRC) l’aurait appris d’un service secret «ami». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.