L'Iran convoque l'ambassadeur de Suisse

Etats-UnisLa Suisse, qui représente les intérêts américains en Iran, s'est vu remettre une protestation écrite destinée à Washington.

l'ambassadeur de Suisse, Giulio Haas (à gauche), s'est vu chargé de transmettre la protestation à Washington.

l'ambassadeur de Suisse, Giulio Haas (à gauche), s'est vu chargé de transmettre la protestation à Washington.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Iran a convoqué dimanche l'ambassadeur de Suisse, Giulio Haas, dont le pays représente les intérêts américains en Iran, pour protester contre le décret du président américain Donald Trump. Ce texte interdit l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays musulmans, dont l'Iran.

«L'ambassadeur suisse a été convoqué aux Affaires étrangères afin que lui soit remis une protestation écrite contre le récent décret du président américain», a déclaré Bahram Ghassemi, porte-parole du ministère, cité par les médias.

L'Iran et les Etats-Unis n'ont pas de relations diplomatiques depuis 37 ans et la Suisse représente les intérêts américains dans le pays.

Contraire aux conventions

Lors de la rencontre, le décret du président Trump a été qualifié par un diplomate iranien d'«inacceptable et contraire aux conventions des droits humains et aux accords consulaires entre les deux pays», a ajouté M. Ghassemi.

L'Iran a décidé samedi d'appliquer la réciprocité au lendemain du décret du président américain Donald Trump interdisant l'entrée aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays majoritairement musulmans (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen).

«Il a été rappelé à l'ambassadeur suisse que le peuple iranien a été victime des groupes terroristes au cours des décennies passées et que les Iraniens n'ont participé à aucune action terroriste et ont toujours été respectueux des règles et lois des sociétés dans lesquelles ils vivent», a ajouté M. Ghassemi.

Le DFAE inquiet

Le décret pris aux Etats-Unis va clairement dans la mauvaise direction, a réagi dimanche Didier Burkhalter. Pour le chef du DFAE, il est contraire aux Conventions de Genève de stopper de manière générale l'accueil de personnes venant de Syrie.

La Suisse cherche à obtenir des informations aussi claires que possible des autorités américaines, signale le département fédéral des Affaire étrangères (DFAE). «Nous réservons toutes mesures visant à défendre les droits des citoyens suisses concernés», en particulier ceux ayant une double nationalité tombant sous le coup de ces nouvelles mesures, indique son communiqué.

Il appartient aux autorités américaines de décider des conditions d'immigration dans leur pays, écrit le DFAE. La Suisse est attachée à la prévention du terrorisme et s'engage concrètement en la matière. Les mesures prises dans ce cadre doivent toutefois respecter les droits fondamentaux ainsi que le droit international, rappelle le document.

Prévenir l'extrémisme violent

«Nous nous sommes toujours opposés à la discrimination des êtres humains en raison de leur religion ou de leur provenance.» En ce sens le décret pris aux Etats-Unis va clairement dans la mauvaise direction. S'agissant des réfugiés, les Conventions de Genève impliquent que tous les pays accueillent les personnes victimes de la guerre, pour des raisons humanitaires, rappelle le DFAE.

Il est donc contraire à ces Conventions de stopper de manière générale l'accueil de personnes venant de Syrie. «Je suis convaincu qu'il est primordial - également dans la prévention de l'extrémisme violent - de tout faire pour éviter d'accentuer encore les frustrations. Il faut s'efforcer de réunir la communauté internationale pour s'attaquer aux causes profondes des difficultés de notre monde», souligne Didier Burkhalter. (ats/nxp)

Créé: 29.01.2017, 14h05

Articles en relation

Le décret de Donald Trump affecte des clients de Swiss

Etats-Unis La compagnie attend toutefois «très peu» de ressortissants des sept pays concernés transitant par Zurich ou Genève sur ses vols. Plus...

L'aéroport JFK investi par les manifestants

New-York Ulcérés par le décret anti-immigration de Trump, des milliers de manifestants se sont rassemblés par milliers samedi à l'aéroport JFK. Plus...

La Silicon Valley dénonce le décret de Trump

Immigration «Apple n'existerait pas sans l'immigration», a fustigé par exemple le PDG Tim Cook. Plus...

Décret Trump : un juge interdit les expulsions

Etats-Unis Un bras de fer s'engage entre Donald Trump et plusieurs associations autour du sort des réfugiés. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...