Irritation à gauche après les critiques de Schneider-Ammann sur les bonus

RémunérationsLe ministre de l’Economie qualifie de «bêtise» les rémunérations abusives. Jean Christophe Schwaab se dit consterné

Johann Schneider-Ammann estime que le versement de bonus élevés traduit un «manque d’égards».

Johann Schneider-Ammann estime que le versement de bonus élevés traduit un «manque d’égards». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Johann Schneider-Ammann s’immisce dans la polémique sur les millions de bonus promis aux dirigeants de Credit Suisse. Interrogé par la Zentralschweiz am Sonntag sur ce sujet, le ministre de l’Economie a qualifié de «bêtise» les rémunérations excessives. «Le versement de bonus élevés traduit un manque d’égards, qui tôt ou tard va engendrer des affrontements entre partenaires sociaux», a-t-il déclaré au dominical alémanique.

Credit Suisse a suscité un tollé après l’annonce, fin mars, du paiement de 26 millions de francs de bonus à ses dirigeants. Cela alors que la grande banque inscrivait 2,7 milliards de pertes en 2016. Face à la fronde de certains actionnaires, elle a revu ses intentions à la baisse, réduisant ce montant de 40%.

Suffisant pour faire accepter le rapport sur les rémunérations lors de l’assemblée générale des actionnaires, qui se tient vendredi? «Nous le saurons dans moins d’une semaine», a dit le ministre. Qui a rappelé son engagement passé contre les bonus élevés, lorsqu’il était entrepreneur et président de Swissmem, la faîtière de l’industrie des machines. Il avait alors essayé de sensibiliser ses collègues d’EconomieSuisse sur le fait que ceux-ci «sont une bêtise et n’ont rien à voir avec les conditions du marché au niveau mondial».

C’est cette image de patron critique des dérives de la finance et sensible aux revendications syndicales qui avait aidé à faire élire le libéral-radical au Conseil fédéral, soutenu par les syndicats et apprécié à gauche. Mais cette image s’est effacée après son entrée au gouvernement.

«L’initiative Minder a eu un certain impact, on le voit avec Credit Suisse qui a reculé face à la pression des actionnaires. Mais ce n’est pas suffisant»

Sa déclaration de dimanche réjouit-elle donc la gauche? Pas vraiment. «C’est une bêtise de qualifier de bêtise ce qui est indigne et illégitime», souffle Carlo Sommaruga (PS/GE). Jean Christophe Schwaab (PS/VD) se dit, lui, «consterné» par les propos du ministre. «Johann Schneider-Ammann est pris à son propre piège. Son affirmation pourrait faire sourire si on ne savait pas qu’il est un fanatique du libre marché. D’un côté il ne trouve pas acceptable le montant des rémunérations mais de l’autre il refuse d’agir.»

Pour l’élu, il convient de renforcer les dispositions légales contre les rémunérations abusives. «L’initiative Minder a eu un certain impact, on le voit avec Credit Suisse qui a reculé face à la pression des actionnaires. Mais ce n’est pas suffisant.» Cet été, le PS va donc proposer, lors des discussions en commission sur la révision du droit des sociétés, de nouvelles mesures, notamment un impôt sur les gros salaires.

Dans son propre camp politique, Johann Schneider-Ammann a toutefois fait mouche. «C’est difficile de comprendre qu’une entreprise verse de telles rémunérations alors qu’elle inscrit des pertes. Cela me paraît même ridicule, réagit Philippe Nantermod (PLR/VS). Mais c’est une entreprise privée. Si les actionnaires décident d’approuver les bonus, c’est leur choix. Le monde politique n’a pas à intervenir.» (24 heures)

Créé: 24.04.2017, 08h33

Articles en relation

Le boss de Credit Suisse perd 1,6 million de salaire

Banque L'établissement a décidé de raboter sur ses bonus, après la protestation de certains actionnaires. Ethos maintient son rejet. Plus...

Les élus veulent faire baisser le salaire des managers

CFF, POSTE, RUAG Un million de francs de revenus, c’est trop. Reste à fixer le bon plafond. Thomas Minder propose une formule originale. Plus...

Le salaire des banquiers va continuer de baisser

Credit Suisse Le président du conseil d'administration de Credit Suisse Urs Rohner est revenu sur les excès du début des années 2000. Plus...

Le directeur de Suisse Tourisme gagne-t-il trop?

Suisse Le salaire de Jürg Schmid fait des vagues. La Confédération entend corriger le tir en révisant l'ordonnance sur le salaire des cadres. Plus...

Le salaire des patrons des groupes publics dévoilé

Etude Le rapport fédéral sur les salaires des cadres 2015 est sorti. Le directeur des CFF est le mieux rémunéré. Il est talonné par ses homologues de RUAG et de La Poste. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.