Isabelle Moret, le retour à la lumière

Conseil nationalLa Vaudoise deviendra lundi la première citoyenne du pays. L’occasion d’un nouveau départ après sa drôle de campagne pour le Conseil fédéral.

Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Elle n’a pas encore 49 ans, mais elle fait déjà figure de dinosaure sous la Coupole fédérale en terme d’années de fonctions. La PLR Vaudoise Isabelle Moret se prépare à entamer sa quatrième législature au Conseil national. Avec une cerise sur le gâteau: lundi, cette fille de cheminot qui vit à Yens, à côté de Morges, est promise à une élection brillante à la présidence du Conseil national. Plus aucun Vaudois n’avait accédé au prestigieux perchoir depuis l’UDC André Bugnon en 2007.

L’avocate, mère de deux enfants en âge de scolarité, se prépare depuis des mois à cette présidence. Elle pourra la savourer comme une consécration. Presque une revanche -même si les élus abhorrent ce terme - dans une carrière fédérale qui a connu deux périodes bien distinctes, la lumière et l’ombre.

Le temps doré

Lorsqu’elle entre au Conseil national en 2006, Isabelle Moret, jeune maman, vit au rythme des séances entrecoupées des tétées dans un appartement loué dans la capitale fédérale. Cette mère courage, parfois raillée pour sa voix plus fluette que celles qui dominent à l’époque, s’accroche. Dès avril 2008, elle occupe la vice-présidence du Parti libéral-radical. La sauce prend. Les talents d’entregent, la pugnacité et les compétences linguistiques de la Vaudoise - elle parle couramment le dialecte alémanique et l’italien - lui confèrent une visibilité croissante. «Isabelle a réussi un tour de force extraordinaire en amadouant notre président Philipp Müller, qui est beaucoup venu en Suisse romande, se souvient le Genevois Christian Lüscher, son tandem et complice à la vice-présidence du PLR. Elle a su faire passer avec force et conviction les idées plus «romandes» au sein du parti suisse.»

Consciencieuse et collégiale, cette radicale qui cite en modèle Jean-Pascal Delamuraz convainc au-delà de son parti. «Je la connais bien, c’est une très bonne amie, confie l’UDC grison Heinz Brand. Elle est très présente et c’est vraiment agréable de collaborer avec elle parce qu’elle écoute d’autres opinions.» La conseillère aux États élue Adèle Thorens (Verts/VD) renchérit: «C’est une personnalité compétente et engagée que j’apprécie et respecte.» Parce qu’elle est vice-présidente du PLR, Isabelle Moret veut alors rester vierge de liens d’intérêts, même si elle se spécialise déjà dans les questions de santé. Les élections fédérales de 2015 viennent couronner son engagement et sa personnalité. Elle est la mieux élue des Romands au Conseil national.

La cassure du Conseil fédéral

En 2016, Isabelle Moret cède sa place à la vice-présidence du PLR à Philippe Nantermod (VS), qui a été son collaborateur parlementaire, comme de nombreuses jeunes pousses du parti. Elle affirme aussi davantage ses contacts avec l’économie en prenant la présidence de la faîtière des hôpitaux, H+, et de la Fédération des industries alimentaires suisses. Lorsque le conseiller fédéral Didier Burkhalter démissionne à l’été 2017, son nom est naturellement évoqué. Mais la machine se grippe rapidement. Candidate aux côtés d’Ignazio Cassis et de Pierre Maudet, Isabelle Moret rend une drôle de copie. Elle refuse de revendiquer la carte féministe. Elle ne peut pas non plus jouer celle du canton de Vaud, déjà représenté par Guy Parmelin au Conseil fédéral. Quel est son message? Son acte de foi? Étouffée par la pression médiatique, obnubilée par sa manière de présenter, elle passe à côté de la campagne. «Elle était entourée d’une bande de jeunes complètement incompétents et elle refusait d’écouter des gens avec plus d’expérience, se souvient un ancien proche. Cette campagne a été un désastre. Heureusement qu’elle a eu ensuite la vice-présidence du Conseil national». L’écologiste Adèle Thorens en garde un autre souvenir: «Elle avait été excellente durant les auditions et était très bien préparée sur ses dossiers. Nous l’avions soutenue.»

Figurant sur le ticket de son parti après une séance de groupe pénible à Neuchâtel, Isabelle Moret doit aussi faire face aux effets collatéraux d’une course au gouvernement. Sa vie privée est mise à nu: la Vaudoise est alors empêtrée dans une procédure de divorce compliquée et judiciarisée. «J’ai été transparente envers la commission de sélection du parti, la présidente et le groupe. Mais j’attendais que ces informations restent dans ce cercle. Il en va de la protection de la vie privée de mes enfants», confie-t-elle, en pleine campagne, à la NZZ.

Le jour de l’élection, elle n’empoche que 28 voix au deuxième tour. Elle encaisse sans flancher. Ce qui s’est passé? «On n’en parle plus», coupe Christian Lüscher. «Ce n’était pas le moment d’Isabelle, analyse Heinz Brand. Mais ça n’est pas une défaite personnelle. Vous savez, le choix pour le Conseil fédéral ne se base pas sur les qualités personnelles. C’est une question d’opportunité», glisse le Grison qui a lui aussi été candidat malheureux au gouvernement.

Nouveau départ

Pour ses pairs, Isabelle Moret mérite la présidence du Conseil national indépendamment de l’épisode de 2017. «Je pense qu’Isabelle est une personne très ambitieuse. Il faut voir cette présidence sous ce titre et pas comme un lot de consolation», affirme Heinz Brand. En accédant au perchoir, la Vaudoise aura l’occasion de mettre sa patte sur la fonction. Avec l’actuelle présidente Marina Carobbio (PS/TI), Isabelle Moret a lancé différentes offensives pour rendre les femmes plus visibles en politique et permettre aux jeunes parents de mieux concilier vie familiale et politique. Elles ont ainsi développé une nouvelle salle d’allaitement dans le Palais fédéral. Les ambitions de la Vaudoise en 2020? Lancer le débat suivant, qui concerne le changement de rythme des sessions actuelles. «Siéger trois semaines d’affilée quatre fois par an, cela pose des problèmes évidents de conciliation avec la famille mais aussi avec les engagements professionnels», estime Isabelle Moret. Si elle réussit, ce serait une révolution. Elle voudra aussi, en bonne organisatrice, mettre sur de bons rails le tout nouveau parlement. Et - dada de président - le contraindre à un niveau sonore convenable. Une autre révolution.

Créé: 29.11.2019, 11h15

Articles en relation

Une liste de mariage pour célébrer Isabelle Moret

Yens Les communes ne veulent plus passer à la caisse de force pour célébrer les réceptions de politiciens. Mais les organisateurs ont trouvé une alternative originale. Plus...

Isabelle Moret entre en gare de Lucerne

Campagne Tiens, la conseillère nationale PLR a choisi la gare de Suisse centrale comme fond d’affiche! Plus...

Isabelle Moret appelle à «davantage de candidatures féminines»

Politique La libérale-radicale vaudoise a été élue mardi à la vice-présidence du Conseil national. Elle le présidera en 2020 Plus...

La délicate situation fiscale d’Isabelle Moret

Vaud Cela fait dix ans que la conseillère nationale PLR n’a pas reçu de taxation définitive de la part de l’autorité fiscale vaudoise. La politicienne dit avoir payé la majorité des acomptes. Plus...

Isabelle Moret, une campagne chaotique

Election au Conseil fédéral La conseillère nationale vaudoise n’a pas convaincu l’Assemblée fédérale. Son échec est aussi celui du PLR vaudois, qui n’a pas porté sa championne. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.