Les jeunes ont des lacunes sur les antibiotiques

SuisseDans l'ensemble, la population a de bonnes connaissances sur ces médicaments. Mais il faut mieux informer les plus jeunes.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plus de trois quarts des Suisses sont bien informés sur les effets des antibiotiques. Mais les jeunes ont des connaissances lacunaires, d'après un sondage réalisé en 2016 et publié lundi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Il s'agit de la première enquête sur les antibiotiques et la problématique de l'antibiorésistance.

Elle montre qu'une large partie de la population (87%) est consciente qu'un recours inutile aux antibiotiques réduit leur efficacité. Quatre personnes interrogées sur cinq savent que ces médicaments ne sont pas efficaces en cas de grippe ou de refroidissement, et presque autant sont avertis de leurs effets secondaires potentiels.

En revanche, l'OFSP souligne que les jeunes ont besoin d'informations: certains malentendus apparaissent au sujet des antibiotiques et de leur utilisation en cas de grippes et de refroidissements. «A l'avenir, il sera important de fournir des informations ciblées à ce groupe de population, mais également aux autres.»

Femmes mieux informées

Les femmes, les personnes de plus de 40 ans et celles qui ont un bon niveau de formation sont particulièrement bien renseignées. La source d'information la plus courante concernant les antibiotiques sont les journaux et magazines, juste avant la télévision, la famille et les amis.

«Chez les personnes de 50 ans et plus, les journaux et les magazines sont la source d'information la plus fréquente. En revanche, pour les très jeunes, l'environnement personnel (famille, amis, école, place de travail) est particulièrement important», précise l'étude réalisée par l'institut DemoSCOPE.

Lacunes sur le traitement des animaux

L'administration d'antibiotiques aux animaux d'élevage suscite des opinions divergentes. Une bonne moitié des sondés estiment qu'il convient de recourir à un tel traitement si c'est la méthode la plus appropriée. Mais pour une personne interrogée sur trois, il ne faut pas donner d'antibiotiques aux animaux.

D'une manière générale, le savoir quant à l'utilisation d'antibiotiques chez les animaux «n'est manifestement pas très grand». Environ six personnes sur dix ignorent qu'il est interdit, en Suisse comme dans l'UE, de donner des antibiotiques aux animaux d'élevage pour stimuler leur croissance.

Stratégie antibiorésistance

Le sondage de l'institut DemoSCOPE a été effectué par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de 1000 personnes, dans le cadre de la Stratégie Antibiorésistance Suisse (StAR).

Un quart de la population suisse avait pris un traitement antibiotique au cours des douze mois ayant précédé l'enquête.

Cette proportion est apparue plus élevée en Suisse romande et au Tessin, de même que chez les 15-24 ans. (ats/nxp)

Créé: 13.02.2017, 21h32

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.