Passer au contenu principal

Les jeunes radicalisés passent devant le psy

La Clinique universitaire de psychiatrie, à Zurich, développe un programme pour enrayer le processus de radicalisation chez les mineurs.

Deux mineurs de Winterthour sont revenus de Syrie à la fin de l'année dernière.
Deux mineurs de Winterthour sont revenus de Syrie à la fin de l'année dernière.
DR

Comment empoigner le problème des personnes attirées par le djihad? La question préoccupe la Suisse, confrontée comme d’autres pays à la radicalisation de jeunes musulmans. Dans le canton de Zurich, la Clinique universitaire de psychiatrie fait avancer la réflexion. Elle développe en ce moment un «programme d’intervention» destiné à traiter les adolescents séduits par la guerre sainte. Une première en Suisse, selon le Tages-Anzeiger, qui a révélé l’existence du projet jeudi. Les psychiatres du CHUV ou des HUG sont amenés à traiter ce genre de personnes, mais il n’existe pas de structure qui leur est dédiée.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.