Passer au contenu principal

SuisseLes jeunes tardent à quitter le nid familial

La jeunesse helvétique rechigne de plus en plus longtemps à quitter le foyer familial et à prendre son envol hors de la maison.

(Image d'illustration)
(Image d'illustration)
Keystone

Les jeunes restent de plus en plus longtemps habiter chez papa et maman. En Suisse, la longueur de la formation est l'une des raisons principales expliquant ce phénomène.

Durant les décennies 1970 et 1980, c'est vers 20-21 ans en moyenne que les jeunes quittaient le cocon familial. De nos jours, ils s'en vont vers 24-25 ans, selon les derniers chiffres de l'Office fédéral de la statistique (OFS), basés sur le recensement de la population.

La plupart des jeunes de 18 ans vivent aujourd'hui chez leurs parents, alors que dans les années 1970, près d'un tiers avait déjà quitté leur foyer à cet âge-là. A 24 ans, plus de la moitié vivent encore avec papa et maman, contre un petit quart à l'époque.

Outre l'âge, la formation influe sur le moment du départ, selon l'OFS: les jeunes qui suivent une formation restent plus longtemps à la maison que ceux qui l'ont terminée. La nationalité et le genre s'avèrent aussi des paramètres importants.

Les femmes s'envolent plus vite

Ainsi, les étrangers s'émancipent plus tôt que les Suisses et les femmes avant les hommes. A 24 ans, 54% des hommes vivent toujours auprès de leurs géniteurs, contre seulement 44% des femmes. On ne constate pas de différence majeure entre les Alémaniques et les Romands.

C'est au Tessin que l'on reste le plus longtemps «a casa»: plus de la moitié des jeunes quittent le logis familial à partir de 26 ans seulement. Où l'on peut esquisser un parallèle avec l'Italie, qui avec 30 ans présente une des moyennes les plus élevées d'Europe, selon Eurostat.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.