Passer au contenu principal

SuisseLa Jeunesse socialiste veut l'abolition des frontières

Les jeunes socialistes demandent également des voies de fuites sûres et légales, un droit à la migration et un droit d'établissement planétaire.

Simonetta Sommaruga s'est exprimée lors de l'assemblée annuelle de la Jeunesse socialiste suisse (JS) à Berne.
Simonetta Sommaruga s'est exprimée lors de l'assemblée annuelle de la Jeunesse socialiste suisse (JS) à Berne.
Keystone

Réunie en assemblée annuelle samedi à Berne, la Jeunesse socialiste suisse (JS) a adopté un papier de position sur les migrations. Elle y demande notamment l'abolition des frontières et l'ouverture de voies de fuite légales. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a exposé les priorités de la Confédération en la matière.

La JS a souhaité prendre une position «anticapitaliste et antinationaliste», a-t-elle indiqué dans un communiqué. Elle demande la suppression des frontières, des voies de fuites sûres et légales, un droit à la migration et un droit d'établissement planétaire.

Du travail pour les réfugiés

Présente à cette assemblée, Simonetta Sommaruga a estimé que ce papier était une contribution de valeur à la discussion sur ces questions, précise le communiqué. Que la JS arrive en partie à d'autres conclusions que le Conseil fédéral va de soi, a-t-elle ajouté.

La conseillère fédérale a fait part à l'assemblée des difficultés de trouver, en Europe, des alliés pour une politique d'asile solidaire. Un sujet de grande préoccupation pour la ministre de la justice.

Une de ses priorités pour l'année en cours est de veiller à l'intégration des réfugiés admis en Suisse. Ceux-ci doivent trouver un travail, car celui-ci confère une structure, un sens à l'existence, une identité et il favorise les contacts avec la population.

Matières premières

Mme Sommaruga souhaite aussi davantage de discussion sur les causes de la migration. Celles-ci ont plus de liens avec la politique économique que certains veulent bien l'admettre en Suisse. «Diverses entreprises ont leur siège principal chez nous, gagnant des milliards grâce aux matières premières. Or la population de Guinée ou du Congo, elle, ne voit pas grand-chose de cet argent», a rappelé la ministre.

Rappeler ces faits devant la Jeunesse socialiste, «c'est enfoncer des portes ouvertes», a-t-elle reconnu. Si les opinions entre la conseillère fédérale et la jeunesse socialiste peuvent diverger sur certains points, «nous sommes d'accord lorsqu'il s'agit des choses fondamentales», se dit convaincue la magistrate: «Nous ne voulons pas de murs. Ni à la frontière, ni dans les têtes».

La JS a également adopté une résolution sur la réforme des rentes 2020. Elle s'y prononce contre la participation à un référendum tout en restant critique et observe que, quoi que l'on choisisse, les femmes seront perdantes. L'assemblée se poursuit dimanche.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.