Passer au contenu principal

FormationJill Biden est «impressionnée» par le modèle dual suisse

S'exprimant mardi à l'ouverture du 1er Congrès international de la formation professionnelle à Winterthour (ZH), Jill Biden a salué le modèle d’apprentissage suisse.

Selon Jill Biden, les Etats-Unis doivent s'inspirer du modèle d'apprentissage suisse.
Selon Jill Biden, les Etats-Unis doivent s'inspirer du modèle d'apprentissage suisse.
(photo d'illustration), AFP

Les Etats-Unis doivent s'inspirer du modèle d'apprentissage suisse. Jill Biden, l'épouse du vice-président américain Joe Biden, l'a affirmé mardi 16 septembre à Winterthour (ZH). Elle s'exprimait en ouverture du 1er Congrès international de la formation professionnelle, en présence du conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann.

Enseignante dans une école professionnelle de Washington, Jill Biden s'est dite «impressionnée» par le «modèle suisse, unique en son genre». Il faut aussi donner davantage l'opportunité aux jeunes Américains de prendre pied dans le monde de l'économie durant leur formation, a-t-elle déclaré face aux participants du congrès, dont le directeur du Bureau international du travail (BIT) Guy Ryder.

Manque de volonté

Aux Etats-Unis, les jeunes ne suivent pas leur formation pratique au sein de leur entreprise. Ils apprennent leur métier uniquement dans une école.

De nombreuses entreprises manquent de volonté de former des apprentis aux Etats-Unis, a déploré Jill Biden. L'épouse du vice-président a affirmé son soutien au projet du gouvernement américain d'élargir la formation professionnelle et de créer un système incitatif pour motiver les entreprises à former des apprentis.

«Je ne suis pas politicienne. Je travaille tous les jours dans des salles de classe, où j'observe à quel point des jeunes gens s'astreignent à apprendre un métier bien payé», a-t-elle ajouté. Lundi, Jill Biden a visité une entreprise technologique à Uzwil (SG). But de la visite: se renseigner sur la formation des apprentis au sein de cette société.

Johann Schneider-Ammann «fier»

Lors d'un point de presse, Johann Schneider-Ammann s'est montré «fier» du système dual de l'apprentissage en Suisse. «C'est un des grands atouts de ce pays», a-t-il souligné. Et de rappeler que son succès se manifeste dans le taux relativement faible de chômage des jeunes, situé à 3%.

Dans d'autres pays, le chômage des jeunes est bien plus élevé, car on y a trop longtemps accordé trop de poids à l'académisation, a ajouté le ministre de l'économie, également chargé de la formation. «Nous n'avons pas seulement besoin de personnes hautement qualifiées.»

Supprimer les a priori

Le fait que la grande majorité des jeunes fasse une formation professionnelle de base est une force, a souligné le conseiller fédéral dans son discours d'ouverture. Ce constat est de plus en plus partagé, selon lui, alors même que l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) plaçait la Suisse parmi les mauvais élèves en matière de formation il y a quelques années encore à cause de son taux de bacheliers n'atteignant que 20%.

Il faut «supprimer les a priori, surmonter les clichés et ne pas monter une voie de formation contre une autre», a soutenu le ministre libéral-radical. Ceux qui choisissent la voie de l'apprentissage ont droit à la même estime que ceux qui veulent faire des études.

En Suisse, trois entreprises sur quatre forment des apprentis. Un effort qui participe aussi à l'intégration des étrangers, a rappelé le chef du département de l'économie. La formation professionnelle joue donc un rôle de premier plan pour la société et l'économie.

Ne pas forcer les entreprises

Pas question toutefois pour Johann Schneider-Ammann de créer un modèle incitatif ou obligatoire. Si l'économie suisse fonctionne aussi bien aujourd'hui, c'est grâce au libre choix laissé aux entreprises, d'engager des apprentis, a déclaré le conseiller fédéral aux médias. Toute obligation ne ferait que diminuer la motivation au sein des firmes.

Le congrès se poursuit jusqu'à jeudi. A son issue, ses participants assisteront à Berne au championnat suisse des formations SwissSkills.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.