Les JO sont réalisables en termes de sécurité

Sion 2026Le comité de Sion 2026 prévoit une enveloppe de 300 millions de francs pour la sécurité, selon Pierre Maudet.

Les directeurs latins ont pris en compte la menace terroriste. Selon Pierre Maudet, «elle n'aura pas diminué d'ici neuf ans».

Les directeurs latins ont pris en compte la menace terroriste. Selon Pierre Maudet, «elle n'aura pas diminué d'ici neuf ans». Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Jeux olympiques d'hiver Sion 2026 sont réalisables en termes de sécurité, estime la Conférence latine des chefs de Départements de justice et police. Mais de nombreuses questions n'ont pas encore été abordées et doivent être affinées.

Cette décision de principe a été prise jeudi sur la base d'un rapport des commandants de police et de l'expertise des spécialistes et des gens de terrain, a dit vendredi à l'émission de la «RTS» La Matinale Pierre Maudet, président de la conférence latine. Le comité de Sion 2026 prévoit une enveloppe de 300 millions de francs pour la sécurité.

La question était essentiellement celle du nombre de policiers nécessaires. D'autres manifestations se déroulent sur la même période, notamment le World Economic Forum de Davos. Il est donc important de savoir si les effectifs sont assez nombreux, a indiqué le conseiller d'Etat genevois (PLR).

Les directeurs latins ont également pris en compte la menace terroriste. Selon Pierre Maudet, «elle n'aura pas diminué d'ici neuf ans». Ils se sont aussi basés sur les expériences olympiques précédentes afin de savoir quelles épreuves peuvent générer une forte présence de public.

Affiner la question des coûts

Pour autant, les cantons latins ne sont pas prêts à signer de chèque en blanc. «La question des coûts doit être affinée», rappelle le Genevois.

Le Valais souhaite que les autres cantons mettent gratuitement à disposition les effectifs policiers, ou au moins à coût préférentiel. Le Jura a déjà dit qu'il n'était pas d'accord. «Il n'y a pas de non-entrée en matière, mais il faut déjà pouvoir affiner pour savoir ce qu'on va demander effectivement aux cantons en termes de solidarité intercantonale», a précisé à la «RTS» Pierre Maudet.

Mais la discussion dépasse le strict cadre de la sécurité. «Il faut aussi se poser la question de l'environnement, du financement. Cela dépasse largement le cadre de la sécurité», rappelle-t-il. Les directeurs latins rencontreront les 16 et 17 novembre à Genève leurs homologues alémaniques lors de l'assemblée d'automne de la Conférence des directeurs des départements cantonaux de justice et police.

(ats/nxp)

Créé: 10.11.2017, 15h32

Articles en relation

Sion 2026 doit encore convaincre les sceptiques

Jeux olympiques S'il concède que l'ambiance est «assez peu favorable» aux JO, le président de la candidature sédunoise Jean-Philippe Rochat veut susciter «l'enthousiasme et les émotions positives». Plus...

Berne ne mettra pas plus d'argent pour Sion 2026

Jeux Olympiques Guy Parmelin se veut très clair: la garantie de déficit promise par le Conseil fédéral sera limitée. Reste à savoir si le CIO se satisfera de cette condition. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.