Le joaillier genevois De Grisogono fait faillite et licencie 65 employés

Luanda LeaksÀ court d’argent, la marque de bijoux succombe à la fuite de données des «Luanda Leaks». Elle doit plus de 1,4 million de francs à ses fournisseurs

La faillite doit être annoncée mercredi matin aux employés de sa manufacture de Plan-les-Ouates.

La faillite doit être annoncée mercredi matin aux employés de sa manufacture de Plan-les-Ouates. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le joaillier genevois De Grisogono n’aura pas survécu longtemps aux révélations sur ses liens avec la famille de l’ex-président angolais. Exsangue financièrement, incapable de trouver un repreneur, la marque de bijoux haut de gamme met fin à ses activités. La faillite a été annoncée mercredi matin aux employés de sa manufacture de Plan-les-Ouates, nous ont indiqué des sources concordantes. Cette décision laisse 65 personnes sur le carreau en Suisse, une quinzaine d’autres à l’étranger.

«Depuis plusieurs mois, un processus de vente de la société était en cours, indique la société dans un communiqué de presse. Malgré de considérables avancées la transaction n’a pu aboutir. Sans soutien financier des actionnaires actuels, et sans repreneur, la solvabilité de l’entreprise est désormais remise en question, rendant de ce fait la continuation de l’activité impossible.»

La mise en faillite de De Grisogono suit d’une dizaine de jours seulement la fuite de données internationale des «Luanda Leaks». Ces quelque 715'000 documents, exploités par le Consortium international de journalistes d’investigation, dont la cellule enquête de Tamedia est membre, montrent comment la fille de l’ancien président angolais, Isabel dos Santos, a bâti sa fortune colossale en profitant de l’argent de l'État.


Lire également: «Derrière De Grisogono, le jackpot des diamants»

Nos articles ont notamment révélé comment Isabel dos Santos et son mari ont pris le contrôle de De Grisogono en 2012, grâce aux fonds de la société publique Sodiam. Cette entreprise chargée de l’exportation des diamants angolais a englouti plus de 140 millions de dollars pour racheter De Grisogono et en faire un géant des bijoux et du luxe. Mais la marque genevoise a enregistré des pertes abyssales et les profits annoncés ne se sont jamais matérialisés.

Isabel dos Santos et son mari Sindika Dokolo, habitués des fêtes De Grisogono à Cannes.

Sodiam a pourtant continué à soutenir De Grisogono. Mais en 2017, affaibli par la maladie, le président Dos Santos a quitté le pouvoir. Et son successeur, Joao Lourenço, a commencé à démanteler l’empire économique bâti par sa fille. Dans la foulée, Sodiam a annoncé son retrait du joaillier suisse, en se plaignant d’avoir subi quelque 225 millions de dollars de pertes du fait des investissements à fonds perdu dans De Grisogono.


Lire aussi: «À Genève, le joaillier des stars a grillé les millions d’un État africain»

Depuis, la faillite menaçait, l'État angolais refusant de subventionner davantage un projet devenu ruineux. Quant à la famille Dos Santos, affaiblie par les révélations des Luanda Leaks et le blocage de ses avoirs par le nouveau pouvoir angolais, elle n’est plus en mesure de financer seule De Grisogono. Les tentatives de trouver un repreneur, qui duraient depuis des mois, ont échoué.

En Suisse, De Grisogono laisse une montagne de factures impayées auprès de ses sous-traitants, notamment horlogers. Selon un extrait du registre des poursuites que nous avons obtenu, l’entreprise a accumulé 1,4 million d’impayés. Les fournisseurs les plus concernés sont des sous-traitants horlogers de l’arc jurassien, mais aussi des spécialistes parisiens du marketing digital ou des fournisseurs de pierreries israéliens. «Avant, ils ont toujours payé, mais aujourd’hui n’ont plus d’argent», dit simplement l’un de ces créanciers, qui a lancé des poursuites contre De Grisogono en 2019.

Luanda Leaks

Les documents des Luanda Leaks montrent que retarder les paiements aux fournisseurs était une stratégie délibérée chez De Grisogono, pour gagner du temps et rester tant bien que mal à flot. Vexation ultime, De Grisogono a même dû renoncer à sponsoriser un événement phare, le tournoi de polo qui se déroule chaque année sur le lac gelé de St. Moritz. La participation du joaillier à ce tournoi prisé d’une clientèle huppée a été annulée il y a quelques jours, juste avant le tournoi.

Tournoi de polo sur neige à St Moritz. (SPWC St.Moritz)

«De Grisogono n'a pas respecté le contrat de parrainage, explique l’organisateur de l’événement, Reto Gaudenzi. Cela signifie qu'ils n'ont pas payé autant qu'ils auraient dû. Nous avons donc mis fin à leur participation – avant le début du tournoi – jeudi dernier à 17 heures. Nous avons supprimé tout espace publicitaire de De Grisogono et avons renommé l'équipe De Grisogono Team St. Moritz.»

De Grisogono laisse un style, un nom, et un réseau de boutiques qui sera rapidement reloué par ses concurrents. Reste à savoir si la marque elle-même trouvera aussi un repreneur, une fois le processus de faillite achevé.

Créé: 28.01.2020, 22h25

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.