Johnson donne des ailes aux eurosceptiques suisses

Accord sur le BrexitL'accord trouvé entre le premier ministre britannique, réputé intransigeant, et l'Union européenne, aura une influence dans le débat politique suisse.

De son côté, le président de l’Union syndicale suisse, Pierre-Yves Maillard, indique: «Bien qu’elle soit une très grande puissance économique, l’UE n’a pas non plus intérêt à rompre avec ses partenaires les plus proches.»

De son côté, le président de l’Union syndicale suisse, Pierre-Yves Maillard, indique: «Bien qu’elle soit une très grande puissance économique, l’UE n’a pas non plus intérêt à rompre avec ses partenaires les plus proches.» Image: KEYSTONE/Peter Schneider

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La messe n’est pas encore dite à Londres. Mais le fait que la respectueuse première ministre britannique Theresa May se soit cassé les dents sur le Brexit avec un premier accord et que, malgré tout, l’intransigeant Boris Johnson soit parvenu à un second texte donne des ailes à certains acteurs politiques suisses. Ceux qui pensent que notre pays doit lui aussi avoir le cran de renégocier l’accord-cadre avec l’Union européenne.

Le Conseil fédéral a demandé des clarifications cet été sur les points qui fâchent dans ce texte: protection des salaires, aides d’État et droits sociaux. Le président de la Commission européenne s’était dit prêt à amener des précisions. «Mais il n’y aura pas de renégociation», a précisé Jean-Claude Juncker.

Vraiment? Le conseiller national Thomas Aeschi (UDC/ZG) rentre à peine d’une mission de la délégation AELE/UE du parlement à Londres. Il note: «Il faut cesser de servir cet argument que l’Union européenne est grande et puissante. Le cas du Royaume-Uni montre qu’il faut savoir dire non à des accords qui ne sont pas équilibrés. Michel Barnier a dit plusieurs fois qu’il n’y avait plus rien à renégocier. Pourtant, tout à coup, les discussions se sont rouvertes.»

De son côté, le président de l’Union syndicale suisse, Pierre-Yves Maillard, indique: «Les situations sont différentes. Le Royaume-Uni négocie une rupture, nous ne sommes pas dans cette logique. Cela dit, dans les relations avec l’UE, il faut défendre et reconnaître des intérêts légitimes – et la protection des salaires en est assurément un. Ensuite, il faut tenir bon. Bien qu’elle soit une très grande puissance économique, l’UE n’a pas non plus intérêt à rompre avec ses partenaires les plus proches.»

Cet accord est-il le signe que la dureté finit par payer face à Bruxelles? EconomieSuisse en doute. «C’est sûr que les camps qui sont opposés à toute relation avec l’UE ou sont très eurosceptiques feront cette lecture, répond Carmelo Laganà, suppléant romand de l’organisation. Après, objectivement, le Royaume-Uni a un poids différent de celui de la Suisse, au niveau historique surtout. Mais je ne suis pas certain que cet accord se traduira par une attitude plus tendre de l’UE envers la Suisse, qui reste un État tiers.»

Créé: 17.10.2019, 20h49

Articles en relation

Pourquoi le Brexit se joue en Irlande du Nord

Royaume-Uni Boris Johnson fait une «offre finale» à Bruxelles et jure de partir le 31 octobre. Avec ou sans accord. Plus...

À Bruxelles, Maillard invoque l’Europe sociale

Suisse-UE Le président de l’Union syndicale suisse a répété jeudi son opposition à un accord-cadre qu’il juge dangereux car trop libéral Plus...

L’accord-cadre avec l’UE séduirait 60% des Suisses

Suisse Une majorité de citoyens sondés se prononcent en faveur de l’accord institutionnel. Les opposants relativisent. Plus...

Un accord que les partis peinent à encadrer

Forts en thème 2/4 L’accord institutionnel avec l’Union européenne ne jouit pas d’une grande popularité parmi les candidats aux États. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.