Jusqu'à 1700 décès par an à cause d'une erreur

SantéLa Fondation suisse pour la sécurité des patients lance une semaine de sensibilisation dans les différents services de soins.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Entre 700 et 1700 personnes décèdent chaque année dans les services de soins stationnaires des suites d'une erreur. Des efforts doivent être faits sur le plan de la sécurité, exige la fondation Sécurité des patients Suisse, qui lance une semaine d'action parrainée par le conseiller fédéral Alain Berset.

Dans les autres secteurs de soins aussi, les erreurs au cours des examens et des traitements coûteraient la vie à un nombre considérable de patients, indique la fondation dans un communiqué publié lundi à l'occasion du lancement de sa campagne nationale à Zurich. Quelque 100 acteurs du domaine de la santé y participent.

La fondation a identifié les problèmes: infections nosocomiales post-opératoires, erreurs de médication, échanges d«échantillons ou de résultats de laboratoire, erreurs d«identification du patient ou de communication, en particulier suite à un incident.

Dans le domaine des soins de base, les risques les plus élevés en matière de sécurité ont été identifiés au niveau du processus de médication, du tri (téléphonique), de la pose du diagnostic et de la surveillance des patients au cabinet.

Des morts qui peuvent être évitées

Les erreurs fatales peuvent être évitées. Elles ne sont généralement pas dues au manque de minutie des employés mais plutôt à des problèmes de système, selon la fondation Sécurité des patients Suisse. Des programmes nationaux d'amélioration sont en cours. Une check-list opératoire doit notamment permettre d'éviter les confusions de patients ou de site opératoire en chirurgie.

Des processus de médication standardisés contribueront à diminuer les erreurs de prescription. Un troisième programme a pour but de réduire le recours aux sondes vésicales, étant donné qu'elles sont à l'origine de 40% des infections nosocomiales. Un quatrième programme vise à réduire la polypharmacie et à promouvoir l'usage sûr des médicaments chez les personnes âgées dans les établissements médico-sociaux.

La fondation Sécurité des patients Suisse est un centre de compétence national créé par les offices fédéraux de la santé publique (OFSP) et des assurances sociales (OFAS), ainsi que par des associations professionnelles et l'Académie suisse des sciences médicales. (ats/nxp)

Créé: 14.09.2015, 12h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.