La justice fédérale s'interpose entre Paris et les banques suisses

Conflit fiscalSelon un courrier de l'OFJ adressé au ministère des Finances français dont Le Temps a eu connaissance, Berne intime à Paris l'ordre de passer désormais par elle avant de convoquer des banquiers.

Dans un courrier dont Le Temps a pris connaissance, l'Office fédéral de la justice tape sur les doigts de Paris et rappelle les règles juridiques que la France doit respecter avant de prétendre auditionner des banquiers.

Dans un courrier dont Le Temps a pris connaissance, l'Office fédéral de la justice tape sur les doigts de Paris et rappelle les règles juridiques que la France doit respecter avant de prétendre auditionner des banquiers. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est un courrier inédit sur lequel Le Temps de ce jeudi 20 mars a mis la main. Une lettre de l'Office fédéral de la Justice (OFJ) adressée le 10 février dernier au Bureau de l'entraide pénale internationale à Paris. Dans cette missive, Berne donne deux leçons à Paris: une leçon juridique et une leçon de droit fiscal.

La leçon juridique, d'abord. L'OFJ intime l'ordre à la France de passer systématiquement par «les voies ministérielles» au lieu de convoquer directement les banques et banquiers suisses, comme elle l'a fait à plusieurs reprises ces derniers temps, notamment en convoquant François et Dominique Reyl, fondateurs de la banque Reyl qui a abrité les fonds de l'ancien ministre du Budget Jérôme Cahuzac. C'est ce que prévoit la procédure: les convocations adressées en janvier par le Pôle financier du parquet de Paris «ne sont [donc] pas valables au sens du droit suisse», avance l'OFJ.

Blanchiment ou escroquerie?

La leçon de droit fiscal, ensuite. Berne dénigre à Paris toute entraide judiciaire pour «blanchiment de fraude fiscale». La raison? Cette infraction n'existe pas en Suisse. L'entraide ne peut être accordée que si les faits reprochés relèvent de l'escroquerie fiscale. Or, il appartient aux seules autorités suisses de déterminer si le cas a trait ou non à l'escroquerie fiscale.

Si l'OFJ prend ainsi la peine de rappeler la souveraineté suisse, c'est que la coupe est pleine (voir encadré). «On peut parler de réponse politique ferme à l'activisme de certains juges français», analyse l'avocat genevois Alexandre de Senarclens dans les pages du Temps.

Créé: 20.03.2014, 11h33

Paris les réclame

octobre 2013, Syz&Co
Le pôle financier de Paris met en examen la banque privée genevoise Syz&Co pour «travail dissimulé par dissimulation d'activité entre le 1er septembre 2004 et le 17 juillet 2009».

juin 2013, Reyl
Le Parquet de Paris ouvre une information judiciaire contre la banque Reyl pour «blanchiment de fraude fiscale». En octobre 2013, Dominique et François Reyl, fondateurs de la banque, sont auditionnés par le pôle financier de Paris.

juin 2013, UBS
Paris met en examen UBS Suisse qu'elle place sous le statut de témoin assisté pour «blanchiment de fraude fiscale».

avril 2013, HSBC
La justice française ouvre une information judiciaire contre HSBC Suisse pour «démarchage bancaire illicite et blanchiment de fraude fiscale en bande organisée».

Articles en relation

La Suisse n'expulsera pas ses banquiers

Conflit fiscal La Constitution fédérale est très claire: la Suisse n'expulse pas ses concitoyens affirme le DFJP . Les Etats-Unis maintiennent toutefois la pression sur les banques suisses. Plus...

L'épouse de Cahuzac évoque un compte sur l'Ile de Man

Fiscalité Après le compte caché de Jérôme Cahuzac en Suisse, la justice s'intéresse désormais à des sommes placées par son épouse Patricia dans un paradis fiscal britannique. Plus...

Conflit fiscal: les revendications suisses écoutées

Négociations Le développement de normes mondiales en matière fiscale de l'OCDE progresse. Plus...

Pratiques «à la James Bond» du Credit Suisse

Conflit fiscal Les sénateurs Levin et McCain ont réclamé mardi à Washington que la grande banque livre les noms de ses clients américains. Plus...

La justice valide des poursuites basées sur le fichier HSBC

Fraude fiscale La justice française a confirmé la validité des poursuites engagées contre des fraudeurs sur la base du fichier dérobé par Hervé Falciani à la banque HSBC de Genève. Elle estime que ce fichier constitue un «moyen de preuve». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...