Passer au contenu principal

SidaLa justice saisie pour la campagne de LOVE LIFE

Quelque 35 parents et enfants ont saisi le Tribunal administratif fédéral dans l'affaire de la campagne de prévention contre le sida aux contenus trop osés pour eux.

Les affiches de campagne de l'OFSP pour la lutte contre le sida en 2014.
Les affiches de campagne de l'OFSP pour la lutte contre le sida en 2014.
OFSP
Les affiches de la dernière campagne de l'OFSP pour la lutte contre le sida.
Les affiches de la dernière campagne de l'OFSP pour la lutte contre le sida.
OFSP
Les affiches de la dernière campagne de l'OFSP pour la lutte contre le sida.
Les affiches de la dernière campagne de l'OFSP pour la lutte contre le sida.
OFSP
1 / 12

Le Tribunal administratif fédéral (TAF) aura à se pencher sur les affiches de la nouvelle campagne de prévention contre le sida et autres maladies sexuellement transmissibles. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) n'ayant pas donné suite à leur demande d'interrompre sa campagne, quelque 35 enfants et leurs parents s'adressent aux juges de St-Gall.

Le service de presse du TAF a confirmé lundi une information de l'Union démocratique fédérale (UDF), selon laquelle un recours était pendant. Les plaignants, soutenus notamment par la fondation Futur CH, se disent dérangés par les contenus «hautement sexualisés» des affiches. Selon eux, ces dernières violent massivement des intérêts dignes de protection des enfants et des jeunes.

Soutien du Conseil fédéral

La campagne de l'OFSP a le soutien du Conseil fédéral qui la considère comme un succès. Elle n'a rien à voir avec de la pornographie, a notamment précisé le gouvernement dans ses réponses à diverses interventions parlementaires issues des rangs du PDC et du PEV.

L'OFSP avait lancé la campagne en mai, en invitant des couples à participer à un «casting». Quelque 300 personnes ont postulé et cinq couples, entre 20 et 52 ans, ont été choisis pour poser dans des situations explicites devant l'objectif de la photographe Diana Scheunemann.

La campagne, intitulée «LOVE LIFE - ne regrette rien», vise à promouvoir la sécurité en propageant un mode de vie axé sur le plaisir et la responsabilité. Elle avait déjà suscité des critiques au moment de son lancement.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.