Passer au contenu principal

Keller-Sutter, présidente du Conseil des Etats

Eloquente, ambitieuse, dotée d'une grande maîtrise des dossiers, Karin Keller-Sutter plaide le libéralisme à la Chambre des cantons.

Elle a déjà accompli une carrière politique modèle et a failli devenir conseillère fédérale en 2010: à 53 ans, Karin Keller-Sutter accède à la présidence du Conseil des Etats. Il s'agit de «la plus belle des fonctions», dit la dame de fer st-galloise, en qui les observateurs continuent de voir une ministre en puissance.

La libérale-radicale a été membre de l'exécutif communal de Wil (SG), députée au Grand Conseil, présidente du PLR st-gallois et conseillère d'Etat. Depuis décembre 2011, elle représente son canton au Conseil des Etats. Elle est désormais la quatrième femme à y accéder à la présidence.

La politique économique et sociale y constitue son domaine de prédilection. Membre des commissions de l'économie, de la santé et de la politique extérieure, la sénatrice a activement combattu la réforme des retraites, rejetée par le peuple en septembre.

Sens du dialogue

Avec Paul Rechsteiner, socialiste situé sur l'aile gauche de son parti, Karin Keller-Sutter forme un duo st-gallois insolite au Conseil des Etats. Pourtant, cette paire antinomique fonctionne à merveille lorsqu'il s'agit de défendre la cause de la Suisse orientale, souvent désavantagée en matière d'infrastructures ferroviaires.

La fiabilité et l'intelligence de la sénatrice, ainsi que son aptitude au dialogue et au consensus sont souvent saluées par ses pairs. D'autres reprochent aux médias de la surestimer en raison du charisme de la politicienne à l'apparence toujours stricte.

Stricte en matière migratoire

Située à l'aile droite du PLR, elle s'est forgée une image de fermeté dans le domaine migratoire, lorsqu'elle était ministre st-galloise et présidente de la Conférence des directeurs cantonaux de justice et police. Elle a mis en oeuvre des contrats d'intégration aux objectifs précis à atteindre par les migrants.

Sous son impulsion, St-Gall a aussi été l'un des premiers cantons à édicter une réglementation sévère en matière de débordements de fans de football et de hockey sur glace. Sa politique n'a pas été du goût des supporters. L'ancienne conseillère d'Etat a aussi été très active dans la lutte contre la violence conjugale.

Polyglotte libérale en milieu catholique

Née dans une région catholique et dans une famille démocrate-chrétienne, Karin Keller-Sutter a rapidement pris ses distances avec le conservatisme. Adolescente puis étudiante, elle a été rapidement fascinée par les Lumières et le libéralisme.

Plus tard, elle se différencie de son environnement familial en soutenant la solution des délais en matière d'avortement. «Le droit à l'autodétermination de la femme, capable de prendre une décision adéquate, est important pour moi», explique-t-elle à l'ats.

Traductrice et interprète de conférence au français parfait, politologue, enseignante à l'école des métiers, Karin-Keller Sutter est élue au gouvernement st-gallois à l'âge de 36 ans. Elle permet du même coup au PLR d'y récupérer un siège cédé au PS. La polyglotte y restera 12 ans, avant d'accéder à la Chambre des cantons.

Conseil fédéral: revanche en vue?

Son ascension vers les sommets de la politique suisse pourrait bien ne pas s'arrêter là. La St-Galloise fait figure de favorite à la succession de Johann Schneider-Ammann. Le conseiller fédéral devrait annoncer son départ en 2019.

Il s'agirait d'une victoire sur le destin. En 2010, elle avait été battue par le Bernois lors de la succession à Hans-Rudolf Merz, grâce notamment au soutien apporté par les socialistes à celui qui était alors encore conseiller national.

Aujourd'hui, elle déclare ne viser aucune autre fonction. Selon les observateurs, la sénatrice ne veut pas se lancer dans la course sans garantie d'être largement soutenue cette fois-ci.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.