KKS visite une entreprise formatrice de réfugiés

Münchenbuchsee (BE)Depuis près d'un an, les réfugiés reconnus et les personnes admises à titre provisoire peuvent effectuer un préapprentissage d'intégration.

Karin Keller-Sutter ce 27 mai 2019.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le programme pilote, qui existe depuis près d'un an, a pour but d'améliorer l'intégration professionnelle. Dix-huit cantons et douze associations professionnelles y participent. La première année, près de 700 réfugiés, ou admis provisoirement, se sont lancés, a annoncé lundi le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Ce lundi, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter a visité une des entreprises qui forme les réfugiés à Münchenbuchsee (BE).

Un an

Le préapprentissage d'intégration (PAI) dure un an. Les participants doivent acquérir les compétences pratiques, scolaires et linguistiques nécessaires à un apprentissage. Ils travaillent en général trois jours par semaine en entreprise.

Lors d?une visite lundi à l?entreprise formatrice Hegg Spenglerei à Münchenbuchsee (BE), la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter et la conseillère d?Etat bernoise Christine Häsler se sont félicitées des premiers succès engrangés dans le cadre du programme, qui s?étend sur quatre ans.

Indépendants

Avec cette solution, «le travail vient avant l'aide sociale», a déclaré Karin Keller-Sutter à Keystone-ATS. L'objectif est que ces jeunes fassent un vrai apprentissage, qu'ils entrent dans le monde professionnel, qu'ils travaillent et qu'ils soient indépendants.

La conseillère fédérale a loué la collaboration entre les entreprises et les cantons. Pour l'économie et les PME, il n'est pas toujours facile de travailler avec des personnes issues de cultures différentes. «Mais nous avons de bons échos», a-t-elle ajouté.

Le SEM cite des chiffres du canton de Berne: en août dernier, 105 apprentis âgés de 15 à 34 ans provenant de 16 pays différents y ont entamé un PAI dans l'une des 80 entreprises concernées. Deux tiers d'entre eux ont signé un contrat d'apprentissage. Les données pour l'ensemble de la Suisse seront disponibles vers la fin de l'année.

Le succès du programme n?est pas une évidence, note le SEM. L?engagement du monde économique reste nécessaire pour la deuxième année, qui commencera en août prochain. Des entreprises supplémentaires offrant des places de formation dans le cadre du PAI sont invitées à se mobiliser.

Élargissement prévu

A partir de 2021, le Conseil fédéral entend élargir le programme aux adolescents et jeunes adultes qui ne relèvent pas du domaine de l'asile, originaires de l'UE, de l'AELE ou d'Etats tiers. Parallèlement, les PAI seront étendus aux technologies de l'information et de la communication ainsi qu'aux soins.

L?intégration professionnelle de ces personnes réduit les coûts de l?aide sociale et renforce la cohésion sociale, écrit le SEM. Ceci profite à la fois aux migrants, aux branches, aux entreprises, aux cantons et à la Confédération. (ats/nxp)

Créé: 27.05.2019, 17h16

Articles en relation

Karin Keller-Sutter craint un «Brexit suisse»

Suisse Trois mois après son entrée en fonction, la conseillère fédérale libérale-radicale tire un premier bilan. Elle a réitéré son opposition à «l'initiative de limitation» de l'UDC. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.