Le lac de Constance menacé par un poisson

SuisseUne espèce de poisson invasive venue d'Orient, le gobie de la mer Noire, menace le lac de Constance. Un député au parlement thurgovien craint un «désastre».

Le gobie de la mer noire.

Le gobie de la mer noire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le démocrate-chrétien Reto Lagler a déposé mercredi une intervention mettant en garde contre les «conséquences inestimables pour les espèces de poissons indigènes» d'une propagation du gobie dans le lac de Constance. Il demande d'empêcher la prolifération de l'indésirable vertébré par tous les moyens possibles.

Le lac de Constance, situé au nord-est de la Suisse à la frontière avec l'Allemagne et l'Autriche, est relié à la mer Noire via le canal Rhin-Main-Danube. Cette connexion aquatique a déjà permis à d'autres espèces invasives comme le gammare du Danube, appelé aussi «crevette tueuse» ou la moule Quagga d'atteindre le lac helvétique.

Mauvais nageur

Placé sur la liste des espèces envahissantes par le Conseil fédéral en 2017, le gobie de la mer Noire se reproduit très rapidement. Il possède une sorte de ventouse sur le ventre et se nourrit du frai des autres poissons, c'est-à-dire d'oeufs ou d'alevins. Mais il a une faiblesse: il se déplace surtout au fond de l'eau et nage mal.

Un fort courant le repousse. Il peut donc être empêché de gagner du terrain grâce aux installations hydroélectriques. La centrale de Rheinfelden, située sur le Rhin en Argovie, est d'ailleurs ce qui a jusqu'ici permis de le contenir. Mais sa population est déjà très élevée, a dit récemment à la radio SRF la biologiste Patricia Holm, qui étudie l'intrus avec une équipe de l'Université de Bâle.

Outre les barrages, une autre piste évoquée pour endiguer l'avancée de l'envahisseur est l'installation de filtres pour l'eau de ballast des navires.?? Utilisée pour stabiliser les bateaux, l'eau de ballast transporte avec elle la progéniture du poisson.

Eté pourri pour le gobie

Bonne nouvelle toutefois pour les ennemis du gobie: cet été, son expansion semble avoir été stoppée. Il en a été trouvé nettement moins que l'année dernière dans les filets des pêcheurs (qui ont ordre de l'éliminer). En outre, beaucoup souffraient de blessures indiquant une maladie. Selon Patricia Holm, cela pourrait être dû aux très hautes températures estivales ou à des travaux sur le Rhin. (ats/nxp)

Créé: 06.12.2018, 19h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 11 décembre.
(Image: Bénédicte) Plus...