«Notre légitimité est d’être utiles à la démocratie»

InterviewL’Office fédéral de la statistique a présenté mardi à Neuchâtel une stratégie 2020-2023 orientée vers son amélioration numérique.

«Dans notre monde noyé dans l’information, de notre point de vue, il est nécessaire de produire des statistiques neutres et objectives.»

«Dans notre monde noyé dans l’information, de notre point de vue, il est nécessaire de produire des statistiques neutres et objectives.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis sept ans, Georges-Simon Ulrich est le directeur général de l’OFS. Interview.

Produire des kilos de statistiques à la chaîne, ça coûte combien?
Notre budget annuel est stable: 175 millions de francs. Le mandat du Conseil fédéral est clair: produire des statistiques de qualité utiles à la démocratie. Nous nous coordonnons avec les Communes, les Cantons et l’Administration fédérale. Sans oublier nos collaborations avec l’Europe.

Les thèmes que vous développez peuvent parfois paraître futiles, comme le nombre d’étages des immeubles dans le pays?
(Rires.) Il y a parfois des thèmes très concrets, oui. Et d’autres plus abstraits, comme l’économie, l’environnement. Avant d’établir notre programme pluriannuel, chacun de mes chefs, avec ses experts, obtient des sujets qui viennent du terrain, analyse les thèmes développés dans les médias. Puis nous proposons une grande feuille de route au Conseil fédéral. S’il valide, nous avançons.

La statistique, ça sert à quoi au juste?
C’est une question philosophique. Dans notre monde noyé dans l’information, de notre point de vue, il est nécessaire de produire des statistiques neutres et objectives. Nous n’offrons pas une vérité, mais une base transparente de référence, avec des méthodologies qui sont publiques. Nous sommes un outil de pilotage, comme un cockpit d’avion. Notre légitimité est d’être utiles à la démocratie.

Comment fournir des chiffres utiles à la démocratie sans se mêler de politique?
Il n’y a aucune instrumentalisation politique de l’OFS. La loi fédérale sur la statistique nous garantit une indépendance pour donner des résultats qui font sens et qui sont basés sur des faits, mais qui ne sont pas politisés.

Certains parlementaires de droite vous ont reproché, notamment, d’avoir sous-estimé l’impact de la migration?
Ici, nous ne faisons pas de prédiction. Concernant l’initiative sur l’immigration de masse, nous n’avons pas de boule de cristal. Nous prenons les données existantes et les analysons avec nos experts de manière transparente. Nous pouvons juste imaginer des scénarios sur l’évolution de la population. Cela reste des hypothèses. Nous publierons d’ici à avril les prochains scénarios.

Vous dites que vous êtes à un tournant. Sentez-vous une pression politique?
Nous travaillons sur le long terme en utilisant les dernières évolutions technologiques pour décharger les entreprises, par exemple. 90% de notre travail servira pour l’éternité. Il montre l’évolution sur des cycles de vie, aux plans démographique, sociologique, économique, environnemental. Alors bien sûr, il y a des thèmes émergents et des questions nouvelles qui se posent, comme dans la relation entre l’économie et le développement durable ou encore les migrations. Il est beaucoup plus facile de produire une nouvelle statistique que d’en abandonner une.

Pourquoi ça?
En 2003, suite à l’allègement budgétaire du Conseil fédéral, l’OFS a dû abandonner les relevés sur le tourisme. Les milieux concernés ont hurlé. Et aujourd’hui, nous produisons ces données avec des financements externes. Car si une statistique existe, c’est qu’elle est utile. Autre exemple: pour arrêter les relevés sur les voitures en Suisse, il faudrait qu’elles n’existent plus!

Créé: 04.02.2020, 19h47

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.