La pression se concentre sur Widmer-Schlumpf

Conseil fédéralLa ministre PDC a fait taire les rumeurs quant à son éventuel retrait du gouvernement. Mais le mystère demeure pour la Grisonne.

Doris Leuthard (à g.) devrait rester en place au moins jusqu’à fin 2017. L’avenir d’Eveline Widmer-Schlumpf est moins assuré.

Doris Leuthard (à g.) devrait rester en place au moins jusqu’à fin 2017. L’avenir d’Eveline Widmer-Schlumpf est moins assuré. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n’y aura pas de grand chambardement au Conseil fédéral le 9 décembre. Doris Leuthard a fait savoir dimanche dans la presse dominicale, par l’entremise du président du PDC, Christophe Darbellay, qu’elle repartait pour un tour. Toute la pression se concentre donc à nouveau sur Eveline Widmer-Schlumpf, dont le parti, le PBD, est donné perdant par tous les sondages.

La mise au point de Doris Leuthard met fin aux rumeurs qui ont couru toute la semaine dernière. L’annonce que son secrétaire général, Walter Thurnherr, se portait candidat au poste de chancelier fédéral a fait l’effet d’une bombe. Après le départ récent de son directeur de l’Office de l’environnement, Bruno Oberle, n’était-ce pas un signe tangible que Doris Leuthard allait bientôt quitter le navire? Des supputations renforcées par le fait que l’Argovienne, élue en 2006, demeure la doyenne de fonction du Conseil fédéral et donc la plus susceptible de prendre le large. L’hypothèque est désormais levée. La conseillère fédérale PDC devrait rester au moins jusqu’à la fin de son année présidentielle, agendée en 2017.

«Maillon faible»

Du coup, le projecteur médiatique se braque à nouveau avec force sur le «maillon faible» électoral, à savoir Eveline Widmer-Schlumpf. Le SonntagsBlick a même publié dimanche deux unes du journal la mettant en scène: une qui appelle à son retrait, l’autre qui l’enjoint à se représenter.

Que fera la Grisonne? Elle se garde bien de le dire. Elle attend patiemment les résultats du 18 octobre et du 2e tour au Conseil des Etats avant de dévoiler ses cartes. Le scénario le plus probable voit son maintien à l’Exécutif. Elle peut compter sur une vaste coalition qui regroupe le PS, les Verts, le PDC, le PBD et les Vert’libéraux.

Même en cas de victoire, l’UDC et le PLR n’ont quasi aucune chance de pouvoir seuls la faire chuter. Il leur faudrait disposer d’une majorité des sièges à l’Assemblée fédérale pour écarter sans coup férir la ministre des Finances.

Cela n’empêchera pas l’UDC de partir à l’abordage. Le carrousel des noms des papables continue de tourner dans la presse dominicale. Après Heinz Brand, Roland Eberle ou Heinz Tännler, c’est au tour du conseiller aux Etats schaffhousois Hannes Germann de monter dans le manège. Dans la SonntagsZeitung, le président des Vert’libéraux le désigne comme un UDC modéré acceptable. «Un candidat UDC (au Conseil fédéral) doit être ouvert pour le tournant énergétique, les accords bilatéraux et pour une politique économique et financière solide», note Martin Bäumle. De là à ce que les Vert’libéraux votent pour un second UDC au détriment de Widmer-Schlumpf, il y a un grand pas à franchir.

Un autre scénario doit inquiéter davantage la conseillère fédérale. C’est celui où le PBD s’effondre et perd son groupe parlementaire. Cela aiguiserait immédiatement les appétits du PDC pour un second siège au côté de Leuthard. Les ballons d’essai ont déjà été lancés. Filippo Lombardi, le chef de groupe PDC, ne cache pas ses ambitions et fait de l’œil à l’UDC en jurant qu’il n’a pas participé au complot pour l’éviction de Blocher en 2007. Quant à Christophe Darbellay, qui s’entend comme larron en foire avec le président du PS, Christian Levrat, il n’exclut pas non plus une candidature à l’Exécutif fédéral. Et quand on lui demande si le PDC, en revendiquant la Chancellerie, ne s’est pas mis d’emblée hors jeu de la course au second siège, il répond: «Personne n’a jamais renoncé à un fauteuil au Conseil fédéral pour un poste de chancelier.»

Créé: 12.10.2015, 07h18

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.