Leuthard veut accélérer le progrès numérique

LucerneLa conseillère fédérale présente à l'Europa Forum, a souligné que la Suisse devait bien se préparer face aux poids lourds américain et chinois.

Doris Leuthard: «Nous avons beaucoup de moyens à allouer à la formation et à la recherche.»

Doris Leuthard: «Nous avons beaucoup de moyens à allouer à la formation et à la recherche.» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse a de bons atouts en main dans la course au progrès numérique, a estimé Doris Leuthard lundi à Lucerne lors de l'Europa Forum consacré à la révolution numérique.

Mais le pays ne les pas encore tous mis sur le tapis.

«Nous sommes compétitifs et innovants», a relevé la présidente de la Confédération devant les 500 personnes assistant à l'Europa Forum au KKL de Lucerne. Mais ces points positifs sont contrebalancés par une mise en oeuvre et une concrétisation qui laissent à désirer au niveau des services, des produits et des parts de marché, a-t-elle ajouté.

La conseillère fédérale a souligné le rôle avant-gardiste joué par les Etats-Unis et le rattrapage économique fulgurant de la Chine. Face à ces poids lourds, la Suisse doit être bien préparée dans le domaine numérique.

«C'est typiquement suisse»

A cette fin, il faut se lancer et débuter la numérisation, et ceci avant de vouloir tout réglementer. «Il faut rester flexible dans ce domaine afin de pouvoir adapter rapidement nos stratégies», a-t-elle indiqué. «Et pour ce faire, nous devons aussi remettre en question notre culture et notre manière de faire», a-t-elle ajouté.

De nombreuses affaires sont pendantes, et on attend beaucoup des politiciens, selon elle.

Et de citer que si certains trouvent Uber fantastique, d'autres veulent protéger les taxis. Certains louent Airbnb, d'autres le maudissent.

«C'est typiquement suisse», en conclut Doris Leuthard. Et cela pose la question de savoir quel type de réglementation est réellement nécessaire, tout en se rappelant qu'il faut des solutions rapides.

La Suisse se trouve dans une bonne situation de départ pour entamer cette révolution numérique: «Nous avons beaucoup de moyens à allouer à la formation et à la recherche», a indiqué Doris Leuthard. Mais la présidente de la Confédération a rappelé que «les machines doivent toujours rester au service des hommes», un bon argument pour calmer certaines peurs. (ats/nxp)

Créé: 13.11.2017, 17h50

Articles en relation

Les administrations peinent dans le numérique

Suisse Le retard pris actuellement dans la numérisation peut à terme jouer un rôle négatif dans la compétitivité et la marge de manoeuvre financière du pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...