Licencié, un médecin fait la grève de la faim

ZurichUn pédiatre licencié de la chirurgie cardiaque de l'hôpital des enfants dénonce ses anciens chefs et accuse l'un d'eux de coups de couteau durant des opérations.

L'hôpital des enfants est secoué ces derniers mois par plusieurs scandales.

L'hôpital des enfants est secoué ces derniers mois par plusieurs scandales. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mais que se passe-t-il au sein du département de chirurgie cardiaque de l'Hôpital des enfants de Zurich? Depuis le 1er avril, un ancien médecin fait la grève de la faim. Il proteste contre son licenciement fin décembre 2018 pour «performances insuffisantes», «manque de respect» et «absences fréquentes aux événements internes officiels», relate jeudi le «Tages-Anzeiger».

Du coup, outre sa grève, le chirurgien pour enfants, d'origine allemande, a déposé des plaintes pour diffamation et/ou calomnie contre trois médecins-chefs de l'hôpital. Dans l'une des plaintes, il affirme en outre avoir reçu des coups de couteau durant des opérations au bloc de la part du chef intérimaire en chirurgie cardiaque pédiatrique. Des allégations que confirment d'ailleurs les collègues du médecin licencié. Il estime aussi que sa réputation professionnelle a été gravement entachée et qu'il n'a pas reçu un certificat de travail équitable de la part de l'hôpital.

Plusieurs scandales

Cet incident n'est que le dernier scandale qui secoue l'établissement, relève le «Tagi». En novembre dernier, l'hôpital avait annoncé à la surprise générale le départ immédiat de Michael Hübler, le chef très respecté de la chirurgie cardiaque pédiatrique. En cause: un conflit avec le chef intérimaire de ce service, le même que le gréviste de la faim accuse de lésions corporelles avec couteaux, aiguilles et autres instruments chirurgicaux pendant les opérations.

Du côté de l'hôpital des enfants de Zurich, on nie avec véhémence ces accusations, jugées «fausses et infondées». «Le fait qu'il y ait des coupures involontaires ou des coups de couteau se produit de temps en temps, mais c'est plutôt rare. Nous ne connaissons que deux rapports d'incidents internes», selon Urs Rüegg, secrétaire général de l'hôpital.

Presque un an d'incapacité de travail

Comment cette escalade s'est-elle produite? Le «Tagi» raconte que le médecin gréviste de la faim avait été engagé en janvier 2017 par Michael Hübler et donnait entière satisfaction. Mais une hernie discale compliquée suivie d'opérations a tenu l'Allemand loin du bloc pendant près d'une année. Entre-temps, Michael Hübler a été démis de ses fonctions en novembre 2018 et remplacé par un chef ad intérim. Et quand le praticien allemand est revenu enfin au travail, il s'est vu signifier son congé le jour-même avec effet immédiat, non pas en raison de son absence, mais suite à un incident tragique aux soins intensifs, explique l'hôpital.

Le gréviste de la faim explique au «Tagi» qu'il n'a pas grand espoir que sa plainte ait un quelconque effet. Mais il continuera de ne pas s'alimenter tant que les trois médecins-chefs qu'il accuse ne seront pas parvenus à un accord avec lui. «Ils doivent sauver ma réputation», assène-t-il. «Et j'exige que mon supérieur Michael Hübler me délivre mon certificat de travail». Le médecin congédié se dit aussi préoccupé de la situation tendue qui règne au sein de la chirurgie cardiaque pédiatrique et à l'unité des soins intensifs, des services où «des questions de vie et de mort sont en jeu». Des critiques que dément l'hôpital. «Il existe certes de nombreuses discussions, mais elles sont toujours constructives», explique son secrétaire général.

Créé: 18.04.2019, 14h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.