Liste grise de l'UE: le Liechtenstein se défend

SuisseIl n'a pas agi pour que la Suisse se retrouve sur une «liste grise» fiscale de l'UE, a affirmé sa ministre des affaires étrangères Aurelia Frick lors de sa visite à Berne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse et le Liechtenstein ont tenu à afficher leur bonne entente jeudi. Contrairement à ce qui s'est dit, la Principauté n'a pas agi pour que la Suisse se retrouve sur une «liste grise» fiscale de l'UE, a affirmé sa ministre des affaires étrangères Aurelia Frick.

«Je démens» les informations parues dans la presse, selon lesquelles le Liechtenstein aurait exigé de l'UE que la Suisse soit placée sur la fameuse «liste grise», au même titre que la Principauté. «Nous n'avons pas le pouvoir d'exiger de Bruxelles de changer une telle liste officielle», a lancé Aurelia Frick en réponse à une question des médias.

Et le Liechtenstein a tout intérêt à ce que la Suisse se porte bien, financièrement et économiquement, a-t-elle précisé. La ministre du Liechtenstein s'exprimait à l'issue d'une rencontre de travail avec le chef du Département des affaires étrangères (DFAE) Ignazio Cassis. Ce dernier a dit tenir la même position sur cette affaire et n'a pas souhaité faire plus de commentaires à ce sujet.

«Pas correct»

Les deux ministres des affaires étrangères ont souligné à plusieurs reprises que la décision de Bruxelles concernant la «liste grise» n'était «pas correcte». «Aucun de nos pays ne devrait y figurer, nous avons fait nos devoirs», a poursuivi Mme Frick. La Suisse et le Liechtenstein ont déjà fait part de leur volonté d'abroger les régimes fiscaux non conformes à la norme internationale, a rappelé le DFAE dans un communiqué publié jeudi.

Après l'annonce par l'UE sur la reconnaissance d'une équivalence de la Bourse suisse valable uniquement un an, M. Cassis n'a pas voulu faire de commentaires supplémentaires. Il a renvoyé à la déclaration de la présidente de la Confédération Doris Leuthard. Mais les deux pays ont évoqué leurs relations avec l'UE, ainsi que le Brexit.

«Un couple»

Les deux ministres ont affiché leur entente sur les dossiers bilatéraux. La Suisse et le Liechtenstein ont des relations vieilles de plus de 100 ans, avec plus de 100 accords en vigueur, presque «un couple», a lancé Ignazio Cassis.

Quelque 10'000 personnes se rendent quotidiennement de Suisse dans la Principauté pour y travailler. Inversement, près de 1800 frontaliers du Liechtenstein occupent un emploi en Suisse.

Les relations douanières sont désormais au beau fixe, après quelques difficultés passagères. On pourrait presque proposer notre modèle comme exemple pour les deux Irlande, a encore dit sous forme de boutade Ignazio Cassis. (ats/nxp)

Créé: 21.12.2017, 15h04

Articles en relation

Les banques suisses boudent la principauté

Liechtenstein Aucun accord n'existe entre Berne et Vaduz qui facilite l'établissement de filiales helvétiques dans la petite monarchie alpine. Plus...

«Le Liechtenstein n’a pas dénoncé la Suisse»

Fiscalité Le premier ministre de la Principauté se défend d'avoir voulu faire figurer la Suisse sur la «liste grise». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...