La livraison de données peut être punissable

SuisseLe Tribunal fédéral a donné raison au Ministère public de la Confédération qui voulait poursuivre un homme accusé d'avoir livré des données bancaires sans autorisation.

Pour le Tribunal fédéral, la livraison de données de clients à un pays tiers ne peut se faire sans autorisation.

Pour le Tribunal fédéral, la livraison de données de clients à un pays tiers ne peut se faire sans autorisation. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral a admis un recours du Ministère public de la Confédération contre l'acquittement du président du conseil d'administration de swisspartner Investment Network AG. L'homme avait livré des données de clients au fisc américain sans autorisation.

En mai 2018, le Tribunal pénal a relaxé le président du grief d'actes exécutés sans droit pour un Etat étranger. Cinq ans auparavant, le prévenu avait fourni, par le biais d'un avocat, les données de 109 clients de sa société de services financiers aux autorités fiscales américaines. Il voulait ainsi mettre un terme au différend avec les Etats-Unis.

Dans leur arrêt, les juges de Bellinzone n'avaient pas retenu l'intention de commettre un délit et avaient donc relaxé le président du conseil. Avant de franchir l'Atlantique avec une clé USB contenant les données litigieuses, l'homme avait commandé deux expertises juridiques. Ces dernières concluaient à la légalité de la livraison des coordonnées des clients américains de la société sans la permission des autorités suisses.

Pas d'erreur de droit

Le Tribunal fédéral estime dans un jugement publié mercredi que le président ne pouvait pas invoquer l'erreur sur l'illicéité - c'est-à-dire qu'il aurait agi en croyant que ce qu'il faisait était autorisé.

Au contraire, le fait de demander deux expertises montre qu'il était conscient de se mouvoir dans une zone grise, souligne la haute cour. En outre, les auteurs de ces rapports n'excluaient pas totalement la possibilité d'une infraction. Pour cette raison, le président, qui est lui-même avocat, ne pouvait pas considérer sans autres qu'il agissait correctement.

L'affaire est renvoyée au Tribunal pénal fédéral. Celui-ci devra déterminer si la livraison des données de clients constituait un acte illégal et fautif (arrêt 6B_804/2018 du 4 décembre 2018) (ats/nxp)

Créé: 19.12.2018, 12h00

Articles en relation

L'échange automatique continue de s'étendre

Suisse Une dizaine de places financières vont bientôt échanger automatiquement des données bancaires avec la Suisse. Plus...

La Suisse étend l'échange de renseignements

Etranger L'échange automatique de données bancaires en Suisse sera élargi dès le 1er janvier 2021. Plus...

UBS a perdu les données de quelque 1000 clients

Banque Le numéro un bancaire helvétique a perdu les données de quelque 1000 clients, en raison d'une panne informatique. Plus...

La protection des données n'a pas été respectée

Office fédéral des transports Un rapport publié mercredi annonce que des informations personnelles n'ont pas été protégées à l'OFT. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.