Louer une voiture via les CFF, c’est pour bientôt

MobilitéEn plus de son billet de train, la future application pour smartphone de l’ex-régie permettra de réserver auto, vélo ou trottinette électrique. Explications.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Annonce en grande pompe, mardi à Berne. Le directeur des CFF, Andreas Meyer, a donné de sa personne pour présenter les contours d’une application pour smartphone qui ambitionne de simplifier les déplacements des Suisses. Par le rail, mais pas seulement. L’ex-régie n’a pas caché caresser le rêve de devenir «l’Amazon de la mobilité», en collaboration avec une start-up lucernoise spécialisée dans la géolocalisation, Axon Vibe. Un leader européen en matière d’intelligence artificielle qui a été décisif dans la conception de l’application de cartographie de Google, dont il est devenu propriété.

Nous avons demandé ce qui changera très concrètement pour l’usager par rapport à la plateforme actuelle. «Dès le moment où la personne quitte son logement, jusqu’à l’arrivée à sa destination finale, sans interruption, tous les maillons de la chaîne de mobilité seront concernés», explique la porte-parole Ottavia Masserini. «Le but est de lui offrir le moyen de transport à disposition qui soit le plus efficace pour chaque partie du voyage, mais également le plus adapté à ses besoins et à ses préférences. Sans que l’utilisateur doive faire lui-même les recherches.» Des itinéraires seront proposés via le réseau de vélos PubliBike (codéveloppé par les CFF) ou le prestataire de trottinettes électriques Circ (déjà présent dans plusieurs gares alémaniques). Petite révolution: la flotte de quelque 3000 voitures Mobility sera suggérée à l’usager du rail au même titre qu’une liaison en train ou en bus. Et cela sans qu’il soit nécessaire de souscrire un abonnement auprès desdits fournisseurs de véhicules en libre-service.

Prenons l’exemple du citadin qui doit se rendre à un rendez-vous professionnel à la campagne. «Il pourrait faire le premier trajet de chez lui à la gare en PubliBike, ensuite prendre le train», illustre Ottavia Masserini. «S’il y a du retard sur la ligne, l’application informera le voyageur, ainsi que sur les possibilités de connexions passant par d’autres tronçons. Ou encore s’il peut opter pour une autre forme de mobilité. Une fois arrivé à destination, il louera peut-être un véhicule pour atteindre l’endroit plus isolé.» Le tout conformément à la loi fédérale sur la protection des données, assure la porte-parole: «L’utilisateur de l’appli devra accepter que les informations ayant trait à ses déplacements puissent être utilisées.»

«Le train restera la base»

N’est-ce pas un gros risque pour l’ex-régie de perdre une partie de sa clientèle, qui pourra être tentée de louer une voiture une fois arrivée en gare – voire depuis son quartier de domicile – au lieu de recourir aux bus, trams et/ou cars postaux? «Nous essayons de répondre aux besoins en matière de covoiturage, en augmentant l’offre, sans pour autant en faire la promotion: le train restera la base proposée pour les grands trajets», rétorque Ottavia Masserini.

La chargée de communication balaie aussi la thèse d’un outil «tout en un» imaginé pour mieux pallier les retards de trains, ou les arrêts purement et simplement non desservis – volontairement ou non: «C’est un lien qui n’existe pas: ce n’est clairement pas une mesure que nous prendrions suite au soutien que nous avons reçu dernièrement de l’Office fédéral des transports sur cette question.»

Créé: 27.08.2019, 22h31

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.