Maillard reste le favori

SyndicatDans la course à la présidence de l’Union syndicale suisse, Barbara Gysi remporte une manche, mais le Vaudois garde une longueur d’avance.

Pierre-Yves Maillard et Barbara Gysi.

Pierre-Yves Maillard et Barbara Gysi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La conseillère nationale socialiste saint-galloise Barbara Gysi a remporté une belle victoire contre Pierre-Yves Maillard samedi soir, à Zurich. Le chef du Département vaudois de la santé et de l’action sociale reste cependant le favori dans la course à la présidence de l’Union syndicale suisse (USS).

Un message a clairement dominé l’assemblée des délégués du Syndicat des services publics (SSP) le week-end dernier: «Il est temps de voir une femme à la tête de l’USS.» Il est vrai que les vingt dernières années ont été marquées par la présidence d’un seul homme, ayant assumé de surcroît, à lui seul, cinq mandats consécutifs: l’avocat saint-gallois Paul Rechsteiner.

Critiques contre Maillard

Du coup, une nette majorité des délégués du SSP ont voté en faveur de Barbara Gysi. Sans que cela ne soit toutefois qu’une question de genre. Compte tenu de l’équilibre à maintenir entre les différents syndicats membres de l’USS, le positionnement du candidat vaudois a fait l’objet de quelques critiques assez vives.

Ces incidents n’atténuent cependant guère les chances d’élection de Pierre-Yves Maillard, lors du Congrès de l’USS le 1er décembre. L’ex-enseignant a en effet obtenu le soutien d’une majorité des délégués du Syndicat du personnel des transports (SEV) quelques jours auparavant et de ceux d’Unia début septembre. Le poids de cette seconde organisation, au sein de l’USS, devrait ainsi faire de Pierre-Yves Maillard le successeur de Paul Rechsteiner. Cette perspective ne manque évidemment pas de susciter des interrogations à propos d’une organisation fort proche du Parti socialiste. Du genre: comment assurer une représentativité suffisante des femmes à la tête de l’USS?

À ce sujet, l’hypothèse d’une présidence bicéphale est souvent abordée. Avec d’autant plus d’insistance que cette option rappelle une coprésidence incarnant avec éclat le combat féministe: l’USS était dirigée par la Genevoise Christiane Brunner et le Tessinois Vasco Pedrina de 1994 à 1998.

Pour sa part, Mathias Reynard, président de l’Union syndicale valaisanne, conseiller national et candidat pressenti à la présidence de l’USS avant qu’il ne jette l’éponge, rappelle volontiers une règle de base au sujet de la nécessité ou non de revoir une femme à la tête de cette institution: «C’est aux associations syndicales membres de l’USS et à leurs délégués d’effectuer les choix stratégiques leur paraissant pertinents. Bien sûr, les syndicats doivent avoir des femmes dans leurs instances dirigeantes et des décisions sont prises en ce sens.»

Inégalité de traitement

À ce propos, l’enseignant saviésan déplore en outre une inégalité de traitement: «Les organisations paysannes ou patronales, comme ÉconomieSuisse ou l’Union suisse des arts et métiers (USAM), ne sont jamais confrontées à des questions sur la représentation des femmes à leur tête.»

Jean François Rime, président de l’USAM et conseiller national fribourgeois UDC (Union démocratique du Centre), n’esquive pourtant pas complètement la question: «Depuis 1879, notre organisation n’a jamais été présidée par une femme. Mais j’en suis le premier président romand depuis mai 2012. Dès lors, qui sait? L’USAM pourrait bientôt être dirigée par une femme. J’assume moi-même mes fonctions avec une vice-présidente à mes côtés: Daniela Schneeberger, de Bâle-Campagne.»

Créé: 01.10.2018, 09h39

Articles en relation

Pierre-Yves Maillard est bien parti dans la course

Union syndicale suisse En décrochant l’appui du comité d’Unia, le Vaudois se place en tête pour accéder à la présidence de l’Union syndicale suisse. Il quitterait le Conseil d’État au printemps 2019. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.