Passer au contenu principal

La maltraitance dans l’enfance laisse des traces génétiques

Des chercheurs montrent que les traumatismes infantiles peuvent être à l’origine des troubles psychiatriques chez l’adulte

Le professeur Alain Malafosse, dont l'équipe est à l'origine de la découverte.
Le professeur Alain Malafosse, dont l'équipe est à l'origine de la découverte.
Pascal Frautschi

Un traumatisme psychologique dans l’enfance peut laisser une cicatrice génétique chez l’adulte. C’est ce qu’ont découvert une équipe de chercheurs genevois en examinant l’ADN d’adultes souffrants de troubles psychiatriques.

Le groupe de recherche du professeur Alain Malafosse, du Département de psychiatrie de l’UNIGE, en collaboration avec le Département de génétique et de développement, a ainsi démontré que l’association entre maltraitance infantile et certaines pathologies adultes résultait d’une modification des mécanismes de régulation des gènes. Leurs travaux sont publiés dans la revue Transnational Psychiatrie.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.