Passer au contenu principal

Marina Carobbio élue à la tête du National

La socialiste tessinoise est devenue la première citoyenne de Suisse. Elle succède au Fribourgeois Dominique de Buman. La vaudoise Isabelle Moret accède à la vice-présidence.

Marina Carobbio et Isabelle Moret présideront le National dès ce lundi.

Marina Carobbio dirigera les débats du Conseil national durant une année. La socialiste tessinoise est devenue lundi la première citoyenne de Suisse. Elle a obtenu 154 voix sur 172 bulletins valables. Elle succède au PDC fribourgeois Dominique de Buman.

Médecin, âgée de 52 ans, Marina Carobbio siège au Conseil national depuis 2007, tout comme son père Werner Carobbio avant elle, sous les couleurs socialistes également. Marina Carobbio offre au Tessin sa huitième présidence du National, dix ans après Chiara Simoneschi (PDC).

Isabelle Moret vice-présidente

Marina Carobbio sera secondée par la radicale vaudoise Isabelle Moret, élue première vice-présidente par 162 voix sur 180 bulletins valables. Heinz Brand (UDC/GR), deuxième vice-président, devient le second vice-président par 146 voix sur 169 bulletins valables.

Dans son discours, la nouvelle présidente a plaidé pour le respect des différentes composantes de la Suisse et des opinions divergentes. L'avis des minorités doit être pris en compte, non pas pour échapper à la confrontation politique, mais pour créer des ponts.

Le système politique suisse est fondé sur la complémentarité de la démocratie représentative et de la démocratie directe. Il donne la parole aux minorités linguistiques ou culturelles et aux groupes sociaux désavantagés, a-t-elle relevé.

Droit des femmes et des minorités

Elle compte profiter de son année présidentielle pour mettre en exergue les droits des femmes et des minorités. Avec l'image d'une femme infatigable et combative, toujours sur la brèche, la Tessinoise est consciente que son rôle sera différent. «Je devrai apprendre à être moins engagée face aux confrontations politiques, plus 'supra partes', davantage respectueuse de toutes les opinions», a-t-elle confié dans un entretien avec Keystone-ATS.

Celle qui va occuper la place de première citoyenne de Suisse pour sa douzième année sous la Coupole fédérale veut s'engager pour les deux thèmes qui lui tiennent particulièrement à coeur: la présence des femmes en politique et le rôle des minorités linguistiques et culturelles.

Page web pour les femmes

La candidate malheureuse à la succession de Micheline Calmy-Rey au Conseil fédéral, à laquelle le groupe socialiste a préféré présenter Pierre-Yves Maillard et Alain Berset sur leur ticket, rendra publique une nouvelle page web, «Femmes politiques», durant cette session. Comme son nom l'indique, elle sera expressément consacrée à la place des femmes dans l?histoire politique suisse et aux femmes politiques d?aujourd'hui.

Il faut davantage de femmes en politique, assure-t-elle. Le Conseil national ne compte que 32% de femmes, soit 64 sur 200, et le Conseil des Etats 15%, c'est-à-dire seulement sept sur 46. «Quant au gouvernement tessinois, il n'en a aucune!», lance Marina.

Plurilinguisme

Pour ce qui est du rôle des minorités, «je vais œuvrer pour renforcer le plurilinguisme en Suisse, faire davantage pour la compréhension entre les différentes cultures - car la Suisse est un pays multiculturel - en donnant une voix à qui ne l'a pas beaucoup. Ainsi je dirigerai tous les débats du Conseil national en italien», a précisé Mme Carobbio.

La prochaine présidente de l'Assemblée fédérale tient aussi à améliorer l?image de son canton: «il s'agit de mieux faire comprendre le Tessin au reste de la Suisse, spécialement le monde du travail, le problème des bas salaires, du dumping».

«Nous devons essayer d'améliorer nos rapports avec la capitale, avec les autres cantons. Il faut savoir lancer de nouvelles propositions en mettant à profit des secteurs où nous excellons comme celui de la biomédecine par exemple», a encore déclaré Marina Carobbio, non sans préciser que cette tâche incombe avant tout aux politiciens tessinois.

Et son canton n'est jamais bien loin d'elle, bien qu'elle soit active sur la scène fédérale depuis onze ans. Présente dimanche dernier au Congrès annuel du PS cantonal, elle ne cache pas que ce dernier est en crise d'identité, à quatre mois des élections cantonales du 7 avril. Un parti qui tente de se relancer en jouant la carte des jeunes et des femmes pour le Conseil d'Etat.

Un prénomLink Mme Carobbio a grandi dans une famille où la politique était le pain quotidien. Au Tessin, qui dit Carobbio pense encore et surtout à Werner, le tribun, le vieux lion, l?ex-leader du Parti socialiste autonome (PSA). Or Marina n'est autre que la fille de cette mémoire vivante des luttes de la gauche des années septante au Tessin, qui était déjà conseiller national alors qu'elle n?était encore qu'une gosse.

Mais elle s'est vite fait un prénom. Epouse d'un ingénieur, mère d?un jeune homme de 22 ans et d'une adolescente de 14, Marina Carobbio occupe une des vice-présidences du PS depuis 2008. Conseillère nationale depuis 2007, cette habitante de Lumino, aux portes de Bellinzone, a conservé une activité professionnelle.

Elle partage un cabinet médical avec un groupe de confrères à Roveredo dans les Grisons italophones. En prévision de son année présidentielle qui s'annonce chargée, elle a toutefois pris une pause jusqu'à fin 2019.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.