Un marquage inadéquat à l’origine du drame de Sierre?

AccidentComment un chauffeur d’autocar a-t-il pu s’écraser contre un mur sans tenter de réagir? Selon l’Hebdo, le marquage au sol du tunnel de Sierre pourrait expliquer l’erreur fatale.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Est-ce le début d'une explication de l’accident de car dans le tunnel de Sierre ayant causé la mort de 28 personnes, dont 22 enfants, le soir du 13 mars 2012? Une enquête de L'Hebdo ouvre une piste qui pourrait éclairer d'un jour nouveau les circonstances de ce drame.

Habitué au marquage pratiqué dans l'Union européenne, le chauffeur d’autocar aurait été induit en erreur dans le tunnel de Sierre, en voyant sur sa droite une ligne blanche, découpée en petits éléments. La même «ligne discontinue large» est utilisée sur les routes européennes pour signaler les voies réservées aux véhicules lents.

Une terrible méprise?

«De là à penser que le chauffeur a cru, de bonne foi, que c’était le départ d’une troisième piste pour les poids lourds, il n’y a qu’un pas. Dans l’obscurité de la tranchée couverte, il aurait tranquillement serré à droite, touché la bordure et le mur d’entrée de la niche, ce qui a déséquilibré le car. Sans jamais avoir eu le temps de se rendre compte qu’il aurait commis une terrible méprise», souligne L'Hebdo.

Le plus incroyable, écrit-il, c'est qu'en Suisse, ce marquage discontinu «n’est pas la règle générale: il n’est utilisé que pour les niches de service. Autrement dit, des places de parcs pour véhicules de la voirie». Ces niches sont donc rares sur les autoroutes suisses, on en trouve une justement dans le tunnel de Sierre et une autre sur l'A1, entre Yverdon et Avenches.

Les renforcements de secours sont «expressément signalés d'une ligne blanche de sécurité n’incitant donc pas un poids lourd à s’y engager par mégarde.»

Quid de la responsabilité?

Alors, le chauffeur belge a-t-il été induit en erreur par ce marquage? Clairement oui, déclare à L'Hebdo Véronique Fontana, avocate spécialiste en matière de circulation routière. «Il n’en aurait en revanche pas été de même d’un conducteur suisse, dès lors que le système des voies lentes a été abrogé en Suisse lors de la modification de l’ordonnance sur la circulation routière du 14 novembre 1979, entrée en vigueur le 1er janvier 1980.»

Véronique Fontana ne serait pas la seule à défendre cette thèse. Tous les professionnels de la sécurité routière semblent privilégier cette explication, selon L'Hebdo. Ce qui impliquerait la responsabilité de l’Office fédéral des routes (OFROU) et de l’Office des routes du Valais.

Un marquage légal

Pour Guido Bielmann, porte-parole de l’OFROU, tout est légal dans le marquage et la disposition de la niche de service du tunnel de Sierre. Il refuse pour l'heure de se prononcer sur les causes de cet accident et dit attendre que «les instances valaisannes se déterminent».

De son côté, Véronique Fontana, présidente de l’Association routière vaudoise et présidente de la section vaudoise du TCS, nuance ces propos tout en maintenant ses accusations. Certes, dit-elle, le fait que la niche de service est délimitée par une ligne interrompue et non pas par une continue n’est pas contraire à la législation. Néanmoins, ce marquage «peut induire en erreur un conducteur étranger». En l'occurrence, le chauffeur belge.

L'énigme principale

Mais ce sont les conclusions d'Olivier Elsig, le premier procureur chargé de l'affaire qui suscitent les interrogations de L'Hebdo. Dans son rapport final, il n'est fait aucune mention de l’hypothèse d'une erreur d'appréciation du chauffeur due au marquage. Même questionnement par rapport à la justice valaisanne qui n'a pas examiné cette thèse. Alors qu'aux yeux des spécialistes, cette confusion semble très probable.

Et le magazine de conclure: «"L’énigme des 75 derniers mètres" se transformera-t-elle en une mise en cause de la Suisse et entraînera-t-elle des poursuites judiciaires venues de Belgique? L’avenir le dira».

Créé: 04.04.2013, 15h59

Articles en relation

Le chef de la police n'était pas au courant pour la vidéo

Drame de Sierre Le commandant-remplaçant de la police valaisanne Robert Steiner n'a pas été informé d'un «usage quelconque des images dans le cadre des réponses données aux médias» relatives au tragique accident de bus de Sierre. Plus...

Un an après, Sierre rend hommage aux victimes du drame

Accident de car Plusieurs centaines de personnes ont pris part mercredi à la célébration œcuménique en mémoire des 28 victimes de l'accident du car belge survenu il y a une année à Sierre (VS). Plus...

Le chauffeur ne téléphonait pas avant l’accident

Drame de Sierre Plus de 10 mois après l'accident de car de Sierre, l'expertise des images de vidéosurveillance du tunnel confirme les résultats des analyses antérieures sur la vitesse et la trajectoire du bus. Plus...

Le chauffeur n'a sans doute pas fait de malaise

Drame de Sierre Cinq mois après l'accident d'un car belge, qui a fait 28 morts, dont 22 enfants, l'autopsie montre que le chauffeur n'a vraisemblablement pas eu de malaise. Il n'était pas sous influence de l’alcool. ats

Galerie Photos

L'hommage aux victimes de l'accident de car de Sierre

L'hommage aux victimes de l'accident de car de Sierre En Belgique comme en Suisse, les témoignages de compassion s'enchaînent dans la tristesse.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.