Martin Bäumle échoue à clarifier les règles du jeu

Conseil fédéralLe président des Vert’libéraux voulait des critères pour élire le Conseil fédéral. Et éclairer le destin d’Eveline Widmer-Schlumpf

«Si le PLR ne marche pas, alors tout accord est illusoire», Martin Bäumle, Président des Vert’libéraux.

«Si le PLR ne marche pas, alors tout accord est illusoire», Martin Bäumle, Président des Vert’libéraux. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Quelle cacophonie!» regrette Martin Bäumle, le président des Vert’libéraux suisses. Lui, il aurait aimé que les partis s’entendent pour l’élection du Conseil fédéral en décembre prochain: mettre en place «des règles du jeu avant d’entrer dans l’arène», explique-t-il à la NZZ. Sa proposition a été refusée par les autres officines politiques. A commencer, si l’on en croit l’intéressé, par la direction des libéraux-radicaux: «Si le PLR ne marche pas, alors tout accord est illusoire.»

Qu’est-ce que proposait exactement Martin Bäumle? Choisir entre un système de coalition ou un système arithmétique pour l’attribution des sièges: «En observant le nombre de sièges au National et aux Etats, explique-t-il, on devrait pouvoir définir le nombre de sièges auxquels chaque parti a droit au gouvernement.»

Pour faire simple, les deux termes de l’alternative brasseraient les cartes de manière très différente. Le système de coalition, appliqué pour la première fois en 2011, a permis la réélection d’Eveline Widmer-Schlumpf (PBD) avec les voix de la gauche et du centre. Ce système postule que trois sièges reviennent à la droite (2 PLR et 1 UDC), deux au centre (1 PDC et 1 PBD) et deux à la gauche (2 PS). Quant à l’attribution arithmétique selon la force des partis, elle donnerait deux sièges à l’UDC, deux au PLR, un au centre et deux à gauche. Une équation qui ne laisserait aucune chance à Eveline Widmer-Schlumpf, avec son microparti PBD. L’UDC, qui réclame un second siège, a évidemment une préférence pour la deuxième solution et le PLR ne fait pas mystère de son attachement à la formule arithmétique.

Philipp Müller agacé
Pour Philipp Müller, président du PLR, il est surtout trop tôt pour en discuter avant les élections fédérales du 18 octobre: «Martin Bäum­le oublie que les forces des partis peuvent changer en octobre. Après, on verra bien assez vite comment les choses se présentent pour le Conseil fédéral.» En passant, le chef de file des libéraux-radicaux ne cache pas son agacement face aux conseils, «quand ce n’est pas des ordres», donnés par les autres partis.

Le PBD d’Eveline Widmer-Schlumpf n’affiche pas vraiment la sérénité quant à la réélection de sa championne en décembre. Son président, Martin Landolt, plaidait récemment pour une coalition autour de sujets stratégiques importants «comme les bilatérales ou le tournant énergétique». Quatre ministres de droite (UDC et PLR) au gouvernement constitueraient, de son point de vue, un déséquilibre. Seule Eveline Widmer-Schlumpf, au profil centriste, aurait la capacité de faire avancer de tels projets.

Une alliance «du progrès»
C’est également l’avis du président du Parti socialiste: Christian Levrat a proposé il y a quelques semaines une alliance avec les Verts, les Vert’libéraux et le PBD, selon le SonntagsBlick. Une alliance dite «du progrès» pour empêcher le bloc de droite de s’attribuer un quatrième siège. Vert’libéraux et PBD ont refusé.

Bref, le terme de «cacophonie» semble effectivement résumer la situation à trois mois et demi des fédérales. Inatteignable hier, Martin Bäumle n’a pas précisé si la tactique de son parti consistera à voter ou non pour Eveline Widmer-Schlumpf en décembre. «J’espère bien que oui! veut croire Isabelle Chevalley (VL/VD). N’oublions pas qu’elle a appuyé la décision de sortir du nucléaire en 2011.»

Créé: 13.07.2015, 23h00

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 19 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...