Médecins étrangers: la droite s'oppose à Berset

Suisse Les partis bourgeois ne veulent pas du nouveau système d'admission des médecins proposé par Alain Berset.

Le projet d'Alain Berset ne convainc pas les partis de droite.

Le projet d'Alain Berset ne convainc pas les partis de droite. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La régulation des admissions de nouveaux médecins à charge de l'assurance maladie de base est un serpent de mer. L'actuel moratoire sur l'admission, valable jusqu'en juin 2019, devrait céder la place à un système de régulation. Selon le projet de révision partielle de la loi sur l'assurance maladie en consultation jusqu'à mercredi, les cantons fixeront les plafonds. Jusqu'ici, ce rôle était dévolu au Conseil fédéral.

Ils auront deux ans pour le faire et pourront notamment fixer des plafonds par spécialité en tenant compte du taux d'occupation des médecins. Ces plafonds seront valables pour l'ensemble des médecins actifs dans le secteur ambulatoire du canton, qu'ils exercent en indépendants ou pas, dans un hôpital ou en cabinet.

Qui paye, commande

Si l'idée séduit le PS et les cantons, elle ne passe pas à droite. UDC et PLR rappellent que les cantons ne participent pas aux coûts dans le domaine ambulatoire, assurés à 100% par les caisses, contrairement à ce qui se fait dans le domaine stationnaire. Cette différence dans la clé de répartition du financement des soins conduit à des «incitations négatives», selon eux.

«Qui paye, commande», écrit le PLR dans sa réponse à la consultation. Et le PDC de rappeler que si les cantons participent aux coûts des soins ambulatoires, il est compréhensible qu'ils veuillent pouvoir maîtriser la situation et le nombre d'admissions.

Modèle à droite

Cet aspect devrait être traité en même temps qu'une unification du financement de l'ambulatoire et du stationnaire. Cela permettrait en outre d'économiser sensiblement sur les primes maladie, selon les trois partis bourgeois. Un modèle sur lequel planche déjà une sous-commission du Conseil national.

Sans surprise, les assureurs partagent le constat. Les deux faîtières santésuisse et curafutura regrettent aussi que le projet du ministre de la santé Alain Berset n'offre pas davantage de liberté concurrentielle aux acteurs. Le Conseil fédéral n'a pas retenu la levée de l'obligation de contracter dans sa révision. Les médecins et les cantons n'en veulent pas et il n'y a pas de consensus parmi les partisans.

Critères de qualité

Du côté des médecins, on estime la révision envisagée «à peine réalisable». L'investissement administratif sera beaucoup trop élevé, note la FMH. Et la Fédération des médecins de rappeler que la relève médicale en Suisse est insuffisante. Accueillir des médecins étrangers est donc inévitable. La solution, aux yeux des médecins suisses: se concentrer sur des critères de qualité mesurables, comme une obligation de formation continue durant toute la carrière et des compétences linguistiques sanctionnées par un examen.

Le Conseil fédéral compte aussi agir via un renforcement des compétences exigées des médecins. Des mesures, concernant la formation ou les connaissances linguistiques, ont déjà été prises. Leur surveillance incombe aux cantons.

De nouveaux critères viendront s'ajouter qui vaudront aussi bien pour les nouveaux médecins que pour les médecins déjà admis. Ce qui fait grincer encore des dents, à droite notamment. Les jeunes médecins qui débutent seraient ainsi désavantagés.

Délai d'attente

Autre point d'achoppement, le gouvernement pourrait exiger des médecins qui souhaitent ouvrir leur cabinet un délai d'attente de deux ans entre la fin des études et l'admission. Cette proposition est rejetée tant par les assureurs que par les médecins et les cantons. Attendre n'améliorera pas la situation, résume la FMH, et découragera les jeunes médecins.

Sur ce point, le PS ne se rallie pas non plus à son ministre Alain Berset. Il soutient la proposition des médecins, qui s'en tient à sa prescription: les praticiens doivent avoir exercé une activité médicale d'au moins trois ans dans un établissement de formation postgrade reconnu dans la discipline demandée. (ats/nxp)

Créé: 24.10.2017, 14h18

Articles en relation

Suisses contre la limitation des cabinets médicaux

Assurance maladie Une majorité d'Helvètes ne veut pas limiter l'ouverture de nouveaux cabinets, selon un baromètre de l'association nationale des hôpitaux H. Plus...

Les assureurs sceptiques sur le plan Berset

Soins médicaux Santésuisse dénonce la baisse des primes maladie exigée par le Conseil fédéral pour l'année prochaine. Plus...

Les hôpitaux balaient le plan de Berset

Soins médicaux La faîtière des établissements hospitaliers estime que le modèle présenté mercredi par le CF sur la tarification des soins entraînera une «dégradation». Les assureurs, eux, sont plus positifs. Plus...

Tarmed: Berset prévoit moins d'économies que prévu

Soins médicaux Face à la grogne des médecins et des hôpitaux, le ministre de la santé a revu son modèle. Alain Berset veut économiser 470 et non plus 700 millions de francs par an. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.