La menace djihadiste a augmenté en Suisse aussi

SécuritéLa situation s’est détériorée depuis un an, selon le Service de renseignement. Un attentat n’est pas à exclure.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le secret le mieux gardé de Suisse? Celui d’un certain fromage appenzellois, vantent les affiches publicitaires qui ornent les murs du Service de renseignement de la Confédération (SRC).

Un brin d’autodérision pour cadrer un discours plus sombre: le SRC a présenté ce lundi son rapport de situation 2015. Il souligne l’évolution de la menace liée au djihadisme en Suisse.

«Sans vouloir alarmer les gens, le danger est devenu plus grand», relève le conseiller fédéral Ueli Maurer. «La situation s’est détériorée au niveau du risque terroriste, renchérit le chef du SRC, Markus Seiler. On ne peut exclure qu’une attaque ait lieu en Suisse.»

Les cibles à risques? Il est difficile de les identifier tout comme les acteurs du djihadisme, isolés et radicalisés, souligne le rapport du SRC. Mais il cite en particulier «les intérêts étrangers en Suisse, les organisations internationales ou des installations ou personnes d’origine juive.»

Face à cette évolution, les agents secrets suisses se sont fixé un but: «Aucun voyageur du djihad ne doit échapper à la surveillance», souligne Christian Duc, chef de coordination de l’antiterrorisme.

Et ce n’est pas une sinécure. Depuis 2001, 64 cas ont été recensés, dont les deux tiers concernent l’Irak et la Syrie. En parallèle, plus de 200 internautes, qui prônent une idéologie djihadiste en Suisse ou depuis la Suisse, ont été identifiés.

Auditions préventives
Face à la difficulté de récolter du matériel pour nourrir une instruction judiciaire, notamment lorsque ces djihadistes présumés sont à l’étranger, le SRC mène aussi des auditions préventives avant un éventuel départ. «La plupart n’ont aucune idée de ce qui les attend sur place», témoigne Christian Duc.

Le Genevois explique encore que la menace djihadiste s’accentue aujourd’hui par la surenchère à laquelle se livrent l’Etat islamique, Al-Qaida, Al-Nosra, ou encore Boko Haram.

Le SRC veille donc, mais il collabore aussi avec d’autres agences de renseignements. «Sur le front terroriste, il est nécessaire de travailler avec les Etats-Unis», estime Markus Seiler. Mais le Bernois s’agace lorsqu’on évoque le risque de mise sous tutelle des James Bond helvétiques par le géant américain. «Nous ne travaillons pas sur mandat de l’étranger.»

Renforcement souhaité
Une indépendance qui a son prix, a souligné un Ueli Maurer lui aussi agacé par les comparaisons entre ses espions et les autres. «Aucun autre Service de renseignement n’a de règles aussi strictes, avec un contrôle aussi strict et aussi peu de moyens que le nôtre.» Le ministre plaide ainsi pour la loi sur le renseignement, qui doit renforcer les possibilités pour le SRC d’acquérir de l’information. Ueli Maurer espère aussi un renforcement de l’effectif. Mais pas question de peindre le tableau en noir, pour l’UDC qui a conclu avec son proverbial optimisme: «Notre SRC est petit, mais costaud!» (24 heures)

Créé: 04.05.2015, 22h10

Articles en relation

Les nombreuses voies menant au djihadisme

Europe Une publication française nourrie de multiples spécialistes tente de cerner les causes de la radicalisation violente chez les jeunes. Plus...

Quatre jeunes quittent Winterthur pour la Syrie

Djihadisme en Suisse En trois mois, quatre jeunes ont rejoint l’Etat islamique pour faire le djihad. Faut-il craindre une cellule terroriste? Plus...

Pas de mesures chocs pour lutter contre le djihadisme

Terrorisme Après les attentats de Paris et de Copenhague, les services de sécurité de la Confédération misent avant tout sur la surveillance. Voici les mesures envisagées par la task force Plus...

Ce que Berne consacre à la lutte contre le djihadisme

Service de renseignement Le Conseil fédéral donne son feu vert à 6 nouveaux postes et à un crédit de 2 millions. Une goutte d’eau? Nous avons fait nos calculs Plus...

Le djihadisme en Suisse passe surtout par internet

Terrorisme Selon les autorités suisses, les risques d’une attaque djihadiste contre notre pays sont faibles. Les activités de l’Etat islamique se résumeraient ici à enrôler des combattants par internet et à lancer des attaques informatiques. Plus...

Publicité

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Maintes fois reportée, l'ouverture d'Aquatis aura lieu finalement fin octobre. En attendant, les prix qui seront pratiqués alimentent déjà les discussions sur Internet.
(Image: Bénédicte) Plus...