La méthode de mesure du taux de THC est légale

SuisseUn agriculteur saint-gallois spécialisé dans la culture du cannabis contestait la méthode de mesure du taux de THC. Il a été débouté par le Tribunal fédéral.

Le paysan saint-gallois s'est opposé en vain à sa condamnation pour infraction à la loi sur les stupéfiants.

Le paysan saint-gallois s'est opposé en vain à sa condamnation pour infraction à la loi sur les stupéfiants. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Tribunal fédéral a rejeté le recours d'un paysan cultivateur de cannabis. Ce Saint-Gallois faisait valoir que la méthode de mesure du taux de THC ne reposait pas sur une base légale suffisante.

Le recourant affirmait que la quantité de tétrahydrocannabinol ne devait pas être ajoutée à celle d'acide tétrahydrocannabinolique (THCA). Il soulignait, à l'appui de sa thèse, qu'une influence extérieure est nécessaire pour que le THCA se transforme en substance psychoactive.

Le paysan argumentait qu'il ne pouvait pas être condamné pour infraction à la loi sur les stupéfiants puisqu'il n'existe pas de base légale pour la mesure de la teneur globale en THC. Une condamnation violerait le principe «Pas de peine sans loi».

Pas moins de 519 kg de fleurs de cannabis, 588 kg de graines, quelque 2900 plants et 2100 boutures ont été découverts chez le recourant qui pratiquait la culture du chanvre depuis des années. Tous les deux mois, il tirait de sa récolte un sirop qu'il faisait transformer en liqueur de cannabis. Cette activité lui rapportait jusqu'à 25'000 francs par mois.

Législation claire

En avril 2018, l'agriculteur a été condamné devant le Tribunal cantonal de Saint-Gall à une peine pécuniaire avec sursis de 180 jours-amendes à 80 francs. En outre, il était astreint à payer une créance compensatrice de 100'000 francs au canton.

Dans un arrêt publié mercredi, le Tribunal fédéral confirme la décision de la justice saint-galloise. L'ordonnance sur les tableaux des stupéfiants indique clairement que les plants de cannabis qui présentent une teneur globale en THC de 1% au moins sont considérés comme des stupéfiants.

Les juges lausannois rappellent que, dans un arrêt précédent, ils sont parvenus à la conclusion que le Département fédéral de l'intérieur (DFI) n'a pas outrepassé sa compétence en fixant cette valeur. Pour autant que la base légale soit suffisamment claire pour que le citoyen sache à partir de quel moment son action est punissable.

La haute cour estime que le fait que la méthode de mesure de la teneur globale en THC ne soit fixée ni dans la loi, ni dans une ordonnance, ne viole pas le principe de la légalité. L'ordonnance du DFI stipule simplement que ce taux doit être analysé.

L'objectif de la loi sur les stupéfiants est notamment de protéger la santé de la population. Pour cette raison, les substances psychoactives doivent être analysées sous la forme qu'elles revêtent lorsqu'elles déploient leurs effets durant la consommation, conclut le Tribunal fédéral. (arrêt 6B_878/2018 du 29 juillet 2019) (ats/nxp)

Créé: 07.08.2019, 12h03

Articles en relation

Cannabis: même tarif pour les mineurs et les adultes

Justice Le Tribunal fédéral a confirmé l'acquittement d'un ado de 16 ans qui avait été contrôlé avec une quantité minime de cannabis sur lui. Plus...

Le cannabis légal fait sa pub aux portes de Paléo

Festival Une société commercialisant du CBD a planté deux parcelles à côté des parkings. Un coup de marketing qui en rappelle un autre, devenu mythique. Plus...

Le rappeur Jay-Z se lance dans le commerce du cannabis

Etats-Unis Shawn Carter, de son vrai nom, a été nommé stratégiste en chef de Caliva, l'une des principales entreprises du secteur en Californie. Plus...

Saisie «record» de 27,3 tonnes de résine de cannabis

Maroc La police marocaine a annoncé lundi une saisie «record» de 27,3 tonnes de résine de cannabis, dissimulées dans des camions de transport international en partance pour l'Europe. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.