Le métro pour marchandises pourrait démarrer en 2030

TransportLe projet Cargo sous terrain a réuni 100 millions de francs et vise la mise en service d’un premier tronçon dans la région de Zurich.

Vidéo: cargosousterrain.ch


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Délester le trafic routier grâce à un système automatisé de transport des marchandises sous terre. Cette idée novatrice pourrait devenir réalité dans une douzaine d’années. Les porteurs du projet suisse Cargo sous terrain (CST) ont réuni les 100 millions de francs nécessaires à son lancement. Ils ont présenté mardi à la conseillère fédérale Doris Leuthard leur feuille de route pour la prochaine étape.


A lire: Un métro pour «révolutionner» le transport de marchandises


Objectif: amorcer la phase de programmation et d’autorisations de construire un premier tronçon partiel entre Härkingen (SO)/Niederbipp (BE) et Zurich. Sa construction coûtera 3,5 milliards de francs. Dès 2030, un système logistique numérique globalisé pour palettes, conteneurs et paquets sera mis en service sur ce tronçon de quelque 70 km.

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Cargo sous terrain remplit les conditions émises par le Conseil fédéral en 2016, affirme l’entreprise. Une loi spécifique doit maintenant être soumise à la consultation publique, puis au parlement. Si elle apporte son soutien au projet, la Confédération a exclu d’y engager des fonds publics.

L’association s’est transformée en société anonyme en mars 2017. Ses promoteurs en étaient devenus les premiers actionnaires. La Mobilière, Helvetia, Coop et Migros ont été les premiers investisseurs, avec un apport total de 22,5 millions de francs. Coop, La Mobilière, Migros, la Banque Cantonale de Zurich, la Poste et Swisscom entendent augmenter leur participation dès que la loi sera entrée en vigueur. Credit Suisse, l’entreprise de mécatronique Gotthard 3, le développeur européen d’infrastructures Meridiam et le groupe chinois Dagong Global, actif dans le développement technologique, veulent également y participer. Les cantons d’Argovie, de Berne, de Soleure et de Zurich, directement concernés par le premier tronçon, ont aussi confirmé leur intérêt auprès de Doris Leuthard, cheffe du Département des transports. Ils ont toutefois formulé des demandes d’approfondissement.

33 milliards de francs

Le projet a été lancé en 2013 par un consortium d’entreprises privées. D’ici à 2045, la première ligne souterraine sera étendue par étapes pour devenir un réseau national dans lequel les marchandises seront transportées sans interruption, 24 heures sur 24, de Genève à Saint-Gall et de Bâle à Lucerne. Pas moins de 80 «hubs» de chargement/déchargement sont prévus. Au total, les promoteurs envisagent un coût à hauteur de 33 milliards.

Selon les pronostics de la Confédération, le trafic de marchandises augmentera de 37% entre 2010 et 2040. Une fois achevé, CST doit réduire d’environ 30% le transport de marchandises dans les villes et de 40% le trafic autoroutier des poids lourds. Le système prévoit des véhicules de transport autonomes circulant dans des tunnels creusés à 50 mètres sous terre, à une vitesse constante de 30 km/h. (24 heures)

Créé: 23.01.2018, 17h22

Articles en relation

Premiers investisseurs pour Cargo sous terrain

Transports La Mobilière, Helvetia, Coop et Migros vont investir dans la phase du permis de construire pour le projet de transport de marchandises sous terre. Plus...

Une loi spéciale, oui, mais pas d’argent pour le projet Cargo sous terrain

Transports Le Conseil fédéral croit au projet d’un métro souterrain pour le transport marchandises. Il préparera une loi spéciale. Plus...

Un métro pour «révolutionner» le transport de marchandises

Innovation Un tunnel souterrain devisé à 3,5 milliards pourrait voir le jour en 2030 à Zurich. Avant de s’étendre au reste du pays. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 6

Paru le 14 novembre 2018
(Image: Bénédicte) Plus...