Passer au contenu principal

Michael Lauber et le MPC désavoués par le TPF

Le Tribunal pénal fédéral rejette les recours du procureur général et du Ministère public de la Confédération dans le cadre de l'affaire de la FIFA.

Il est principalement reproché au procureur général trois rencontres informelles avec des représentants de la FIFA qui n'auraient pas fait l'objet d'un procès-verbal.
Il est principalement reproché au procureur général trois rencontres informelles avec des représentants de la FIFA qui n'auraient pas fait l'objet d'un procès-verbal.
Keystone

La Cour d'appel du Tribunal pénal fédéral n'est pas entrée en matière «à bon droit» sur les demandes de révision du procureur général Michael Lauber et du Ministère public de la Confédération (MPC), estime le Tribunal fédéral. Il rejette leurs recours dans le cadre de l'affaire FIFA.

Ces demandes de révision étaient dirigées contre les décisions de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral sur la récusation de Michael Lauber et d'autres personnes dans le cadre des enquêtes pénales FIFA.

Dans deux arrêts publiés jeudi, le Tribunal fédéral estime que les décisions de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral de juin 2019 ne peuvent pas faire l'objet d'une révision en appel. La Cour d'appel était déjà arrivée à cette conclusion en juillet 2019 et n'était pas entrée en matière. Michael Lauber et le MPC ont alors recouru devant le Tribunal fédéral.

Plusieurs récusations

La Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral a prononcé le 17 juin 2019 la récusation de Michael Lauber, de l'ancien procureur fédéral en chef Olivier Thormann et du procureur fédéral Markus Nyffenegger. Il est principalement reproché au procureur général trois rencontres informelles avec des représentants de la FIFA qui n'auraient pas fait l'objet d'un procès-verbal.

Les demandes de récusation ont été déposées par l'ex-numéro 2 de la FIFA Jérôme Valcke et un autre prévenu impliqué dans les enquêtes pénales FIFA. La Cour des plaintes a approuvé ces requêtes.

Le juge qui a présidé à cette décision était Giorgio Bomio-Giovanascini. Ce dernier aurait exprimé son opinion sur la question lors d'un événement du PS, avant que le jugement ne soit rendu.

Le procureur général Michael Lauber et le MPC avaient alors déposé une demande de révision auprès de la Cour d'appel du Tribunal pénal fédéral contre la décision de récusation. Ils avaient également demandé la récusation de M. Bomio-Giovanascini, accusé de partialité. (Arrêts 1B_442/2019 et 1B_443/2019 du 8.3.2020)

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.