Passer au contenu principal

Michael Lauber sauve sa peau in extremis

Le Parlement refuse de couper la tête au procureur général de la Confédération. Un score serré qui interroge sur sa crédibilité.

Si sa réélection a pour lui un parfum de revanche, Michael Lauber n’en a pas moins perdu la confiance d’une moitié du parlement.
Si sa réélection a pour lui un parfum de revanche, Michael Lauber n’en a pas moins perdu la confiance d’une moitié du parlement.
Keystone

«Merci aux médias d’arrêter de filmer.» Lancée par la présidente du Conseil national, Marina Carobbio (PS/TI), l’injonction au moment du vote est révélatrice de l’ambiance électrique qui entoure l’élection de Michael Lauber. Dans un parlement divisé comme rarement, pas question de surprendre ceux qui bifferaient le nom du procureur général de la Confédération. Trente minutes plus tard, le suspense prend fin, le Soleurois est réélu. De justesse, ne décrochant que 129 voix sur 243. Septante de moins qu’il y a quatre ans. C’est énorme.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.