Un monstre de plastique a été érigé devant le siège de Nestlé

ManifestationGreenpeace ne lâche plus la multinationale. Des activistes sont parvenus à faire pénétrer à Vevey un dragon fait de déchets.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Action choc, ce mardi matin à Vevey. Plusieurs dizaines de militants ont manifesté devant le siège de Nestlé.

«S’il-vous-plaît, non! Pas les photos!» lance un surveillant du site à l’arrivée des manifestants. «Vous dégagez merci, que l’on puisse fermer la barrière!» crie un agent de Police Riviera dépêché sur place. Trop tard: une sculpture de plastique représentant un dragon a déjà pénétré devant l’entrée. Pendant ce temps, d’autres activistes déroulent une banderole géante sur la bâtisse du siège: «Nestlé, stop single use», pour «stop aux emballages à usage unique».

Parti de Rotterdam par bateau, le monstre a déjà fait une halte à Bâle, Delémont, Bienne, Neuchâtel, Fribourg et Lausanne, samedi dernier.

Gros pollueur

Cette action coup de poing fait suite à une interruption de l’assemblée générale annuelle du groupe, jeudi dernier, au cours de laquelle la directrice internationale de l’ONG avait appelé la direction et les actionnaires du groupe à prendre leurs responsabilités. Une récente étude sur les déchets a classé le géant vaudois en tête des pollueurs aux Philippines. Une analyse des marques retrouvées lors de nettoyages de plages menés dans 42 pays en 2018 faisait déjà apparaître la multinationale dans les trois groupes générant le plus de plastique dans le monde.

Toujours selon les chiffres rapportés par Greenpeace, en 2017, 98% du million d’articles vendus quotidiennement par le groupe l’auraient été dans des emballages à usage unique. L’an dernier, Nestlé aurait ainsi produit 1,7 million de tonnes de plastique, soit 13% de plus que l’année précédente.

Afin de réduire la masse d’emballages jetables produite chaque année, Greenpace demande que le groupe mette en place des plans concrets, en investissant notamment dans un système de distribution basé sur la recharge des contenants.

Promesses pour 2025

Les chiffres cités par Greenpeace sont contestés par Nestlé. La multinationale veveysanne s’est cependant engagée à investir dans des emballages recyclables et réutilisables d’ici à 2025.

«Ce sont de petits progrès très ponctuels, mais ils restent anecdotiques par rapport à l’assortiment du groupe», a déclaré le responsable de cette campagne chez Greenpeace, Florian Kasser, estimant que l’entreprise n’a pas véritablement adopté de «stratégie globale» pour évoluer vers ces nouveaux systèmes de conditionnement.

Créé: 16.04.2019, 11h21

Articles en relation

Monstre de plastique contre les déchets des firmes

Lausanne Greenpeace Vaud a sorti le grand jeu à Ouchy, samedi, pour dénoncer la pollution des grandes entreprises. Plus...

Greenpeace contre les emballages plastiques

Environnement L'organisation écologique dénonce les grands magasins pour leur utilisation de contenant en plastique. Migros et Coop nuancent. Plus...

L’inquiétante omerta des détaillants sur le plastique

Pollution Une étude de Greenpeace prouve que les enseignes suisses prônent le flou quant à leur consommation d’emballage plastique. Plus...

Nestlé: l'un des plus gros pollueurs plastique

Suisse Coca-Cola, PepsiCo et Nestlé sont les plus gros producteurs de déchets en plastique du monde, selon une étude publiée mardi par Greenpeace. Plus...

La guerre aux pailles en plastique est déclarée

Déchets Une association romande encourage les bars et bistrots à bannir les pailles en plastique ou à opter pour des matériaux écologiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.