Passer au contenu principal

Vente d'armesLa justice fédérale a perquisitionné chez RUAG

Le Ministère public de la Confédération a perquisitionné jeudi matin des bureaux de RUAG dans le cadre d'un trafic d'armes avec la Russie.

RUAG se trouve dans le collimateur du Ministère public de la Confédération
RUAG se trouve dans le collimateur du Ministère public de la Confédération
Keystone

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a confirmé jeudi matin avoir mené plusieurs perquisitions dans des bureaux de RUAG, le groupe d'armement de la Confédération. Sont en cause des contrats passés avec la Russie, explique la HandelsZeitungsur son site.

«Des perquisitions ont eu lieu, diverses informations et données ont été saisies», a déclaré André Marty, chef de l'information au MPC.

L'opération fait suite à une plainte pénale déposée par l'entreprise d'armement et de technologie. «Le Ministère public a ouvert des procédures pénales pour violation de la Loi sur le matériel de guerre, gestion déloyale des affaires, et possiblement conduite déloyale du bureau», a ajouté André Marty.

Pour les gardes du corps de Poutine

Comme l'a expliqué RUAG, «après que nous avons pris connaissance des accusations émises par un lanceur d'alertes, nous avons immédiatement lancé des enquêtes internes et déposé une plainte pénale auprès du Ministère public de la Confédération». Le groupe a précisé coopérer pleinement avec les autorités.

Selon le journal, le MPC enquête sur un trafic d'armes avec la Russie. Un cadre de la division munitions Ammotec et le responsable russe de la banque privée Julius Baer auraient conclu des accords d'armement d'une valeur de plusieurs millions de dollars avec la Russie pendant des années, dans le dos de leurs employeurs respectifs.

Des pots-de-vin auraient également été versés. Il s’agit de ventes d'équipement technique et d’armes pour le service de protection du président russe Vladimir Poutine et de membres du gouvernement. «Nous avons pris note des allégations et sommes en train de les examiner», a déclaré un porte-parole de la Banque Julius Bär.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.