Mühleberg et Beznau sont trop vieilles pour être sûres

Energie nucléaireLes centrales nucléaires de Mühleberg (BE) et de Beznau (AG), les plus vieilles d'Europe, constituent un risque pour la sécurité à cause de leur véstusté, estiment Greenpeace et la Fondation suisse de l'énergie (SES).

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Greenpeace et la Fondation suisse de l'énergie demandent dans une étude l'arrêt immédiat «des vieux réacteurs» des centrales nucléaires.

Ces installations, conçues dans les années 60 et 70, sont très éloignées des standards scientifiques et techniques actuels, écrit Dieter Majer, ancien responsable en Allemagne de la surveillance des centrales dans l'étude. Et les mises à niveau n'ont qu'un effet limité.

Du coup, affirmer que leur niveau de sécurité est équivalent aux centrales les plus modernes est faux, explique l'expert allemand. Malgré les améliorations, des lacunes sécuritaires et des faiblesses de conception restent dans les vieilles installations.

Cacher les déficits

Par ailleurs, le terme «état de mise à niveau technique» n'a pas de sens, car il n'est pas relié à des exigences sécuritaires concrètes, en Suisse ou à l'étranger, précise Dieter Majer. Il ne sert qu'à voiler les déficits de la sécurité.

En fin de compte, la demande de mise à niveau faite par l'Inspection fédérale de la sécurité nucléaire (IFSN) dans certains cas n'est pas le résultat d'une comparaison systématique avec les exigences de sécurité actuelles. Elle considère davantage la possibilité d'appliquer, ou non, des mesures de mise à niveau aux installations nucléaires vieillissantes, selon le spécialiste.

Points faibles

L'étude a révélé plusieurs points faibles. Les circuits du système de refroidissement d'urgence des centrales de Mühleberg et de Beznau ne sont par exemple pas séparés de manière suffisamment sûre.

L'installation bernoise n'est pas non plus assez résistante aux tremblements de terre, relève Dieter Majer. Il y a des indices clairs que des installations importantes de la centrale de Mühleberg, comme la salle de contrôle, présentent une sécurité lacunaire en cas de séisme.

IFSN contredite

L'étude, commandée par la SES et Greenpeace, contredit ainsi l'IFSN. Cette dernière avait attesté en décembre à l'exploitant de la centrale de Mühleberg qu'elle avait réussi le test de résistance en cas de puissant séisme.

Les centrales de Gösgen et de Leibstadt doivent être plus transparentes. L'expert allemand recommande la publication «de tous les documents concernant la sécurité», notamment les plans des systèmes et les manuels.

De plus, les installations devraient être ouvertes à des experts indépendants. La population suisse pourrait ainsi se faire «une image réelle de la situation sécuritaire».

Reproches rejetés

L'exploitant de Mühleberg rejette la conclusion que sa centrale constitue un risque pour la sécurité. L'installation est mise à niveau depuis des années et est régulièrement contrôlée par les autorités, réagit Antonio Somavilla, porte-parole des Forces motrices bernoises (BKW, ex-FMB).

La sécurité a toujours été prioritaire, assure-t-il. Si un doute surgissait, les BKW réagiraient immédiatement. Elles l'ont d'ailleurs prouvé suite à la catastrophe nucléaire de Fukushima, en prenant toute une série de mesures. Et depuis 1991, il existe pour chaque centrale un programme de surveillance du vieillissement.

La production de courant quasiment sans interruption prouve également que la centrale «est en très bon état et fonctionne très bien», ajoute Antonio Somavilla. D'ici 2019, quand elle sera débranchée, 200 millions de francs seront encore injectés pour la sécurité de Mühleberg. (ats/nxp)

Créé: 13.02.2014, 12h00

Articles en relation

Près de 5 millions de Suisses recevront des comprimés d'iode

Accident nucléaire Tous les habitants vivant dans un périmètre de 50 km autour d’une centrale nucléaire recevront dès cet automne des comprimés d’iode. Ce sont les exploitants des centrales qui paieront la facture. Plus...

Sécurité élevée exigée jusqu'au dernier jour à Mühleberg

Centrale nucléaire L'Inspection fédérale pour la sécurité nucléaire (IFSN) enjoint la société BKW de remplir les exigences en matière de sécurité de la même manière que s'il s'agissait d'une exploitation illimitée de la centrale. Plus...

Aucun site pour stocker les matériaux de Mühleberg

Nucléaire Les déchets hautement radioactifs risquent de rester longtemps à la centrale de Mühleberg (BE) avant d'être transférés dans un site prévu à cet effet. Plus...

La fermeture de Mühleberg saluée par les partis

Nucléaire Le PS, les Verts et les Vert'libéraux saluent la décision d'arrêter la centrale nucléaire de Mühleberg en 2019 comme un pas dans la bonne direction. Plus...

Axpo va investir 700 millions dans la centrale de Beznau

Nucléaire Axpo veut investir 700 millions de francs d'ici 2014 dans la sécurité de la centrale nucléaire de Beznau à Döttingen (AG). Grâce aux travaux, les deux réacteurs devraient pouvoir rester en fonction «plus de 50 ans», estime le groupe électrique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.