Le National soutient un projet anti-pantouflage

SuisseLe Conseil national veut éviter que les ex-Conseillers fédéraux puissent travailler tout de suite pour des sociétés qui reçoivent d'importantes commandes de la Confédération.

La conseillère nationale Valérie Piller Carrard (PS/FR) a estimé que «le code de conduite du Conseil fédéral ne suffit pas»

La conseillère nationale Valérie Piller Carrard (PS/FR) a estimé que «le code de conduite du Conseil fédéral ne suffit pas» Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les anciens conseillers fédéraux devraient attendre avant de rependre un travail trop étroitement lié à leur fonction. Le Conseil national a soutenu lundi ce projet par 109 voix contre 58.

Le texte, déposé par la commission des institutions politiques du National, veut empêcher un ancien conseiller fédéral d'accepter, après son départ, des mandats ou des fonctions rémunérés dans des entreprises dont les activités ont un rapport étroit avec les tâches du département qu'il a dirigé.

Pas question non plus de travailler tout de suite pour des sociétés qui reçoivent d'importantes commandes de la Confédération ou qui lui sont proches. Le délai d'attente devrait être «raisonnable».

Code de conduite pas suffisant

«La Suisse a besoin d'une règle claire pour empêcher d'éventuels conflits d'intérêts», a estimé Valérie Piller Carrard (PS/FR) au nom de la commission. «Le code de conduite du Conseil fédéral ne suffit pas, comme le montre encore la récente entrée de Doris Leuthard au conseil d'administration de la Coop», a-t-elle illustré.

«Une réglementation supplémentaire serait contraire au système de milice et au système libéral», a plaidé en vain Hansjörg Brunner (PLR/TG) pour la minorité opposée au projet.

L'objet passe au Conseil des Etats, dont la commission a refusé en février de donner suite à cette initiative. Les sénateurs avaient déjà enterré un projet du National qui voulait imposer un délai d'attente de deux ans aux ministres sortants avant de «pantoufler».

Cette réglementation avait été proposée après l'entrée de l'ancien ministre des infrastructures Moritz Leuenberger au conseil d'administration du numéro un suisse de la construction Implenia peu après son départ du gouvernement. (ats/nxp)

Créé: 03.06.2019, 19h05

Articles en relation

Ce que Doris Leuthard va toucher avec Bell et Coop

Suisse L'ex-conseillère fédérale va entrer aux conseils d'administration des deux entreprises et sera donc rémunérée. Son choix suscite bien des commentaires. Plus...

Doris Leuthard accumule les conseils

Suisse L'ex-conseillère fédérale Doris Leuthard a été désignée pour rejoindre les conseils d'administration de Bell et de Coop Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.