Passer au contenu principal

Le National ne veut pas d'un congé parental

Le peuple sera vraisemblablement appelé à se prononcer sur la motion écologiste débattue au Parlement.

La droite estime qu'un congé parental coûterait trop cher.
La droite estime qu'un congé parental coûterait trop cher.
Illustration, Keystone

L'idée d'un congé parental n'a pas eu plus de succès que le congé paternité. Le National a rejeté mardi par 134 voix contre 55 une motion écologiste. Le peuple aura vraisemblablement le dernier mot.

La motion exigeait un congé parental de 18 mois dont 6 au moins pourraient être pris par le père. Les partisans du projet souhaitent que les parents de fraîche date bénéficient d'une aide afin de pouvoir concilier vie professionnelle et vie familiale.

Les femmes ayant une bonne formation pourraient ainsi rester sur le marché du travail. Et les relations entre le père et ses enfants seraient par ailleurs renforcées, ce qui pourrait conduire à une société plus apaisée. Des modèles en ce sens fonctionnent très bien dans les pays scandinaves, a plaidé en vain Sibel Arslan (Verts/BS).

Cela coûterait trop cher, a estimé la droite et le Conseil fédéral. Il faudrait entre 1,4 et 1,7 milliard de francs pour financer un congé parental de 24 semaines. Et la majorité de renvoyer la balle au secteur privé: employeurs et employés demeurent libres de s'entendre sur une solution contractuelle.

Selon le ministre des affaires sociales Alain Berset, la solution pour une meilleure conciliation entre vie professionnelle et vie familiale passe d'abord par un renforcement des offres d'accueil des enfants. Une proposition en ce sens a été faite au Parlement.

Initiative populaire

Le National avait déjà refusé un soutien général aux pères en avril, en enterrant une proposition issue du PDC de congé paternité de deux semaines. Le peuple sera vraisemblablement appelé à se prononcer sur une offre plus généreuse.

Une initiative populaire qui exige un congé paternité d'au moins quatre semaines a été lancée. Cette demande serait soutenue par la population, selon un sondage publié par Travail.Suisse il y a un an.

Aucun droit au congé paternité n'existe en Suisse. Lors de la naissance de son enfant, le père peut éventuellement prendre un jour de «congé usuel». La situation varie beaucoup selon les entreprises, les plus généreuses offrant jusqu'à trois semaines. Dans l'administration fédérale, les nouveaux pères bénéficient de 5 jours, et entre 3 et 5 jours au niveau cantonal.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.