Passer au contenu principal

La naturalisation de l’imam qui a béni le Gothard est contestée

Bekim Alimi veut devenir Suisse. Mais sa demande suscite des résistances. Certains lui reprochent de tenir un double discours.

Le catholique Vikar Roger, l’imam Bekim Alimi et le protestant Peter Vogelsanger à l’inauguration du stade de Schaffhouse.
Le catholique Vikar Roger, l’imam Bekim Alimi et le protestant Peter Vogelsanger à l’inauguration du stade de Schaffhouse.
Keystone

«Un homme peut-il battre sa femme? Une fille musulmane peut-elle faire du vélo?» C’est avec un sentiment d’humiliation que Bekim Alimi dit avoir répondu, mardi, aux douze questions que lui a posées une parlementaire de Wil, à Saint-Gall. Cet Albanais de Macédoine, 45 ans, est imam et candidat au passeport suisse. Outre-Sarine, il s’est forgé une image de progressiste, voix médiatique d’un islam ouvert et critique de l’extrémisme. Ce n’est pas un hasard si c’est lui qui avait été désigné pour bénir le tunnel du Gothard, en 2016, lors d’une cérémonie interconfessionnelle.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.