Passer au contenu principal

La nécessité de dépister la carence en fer fait débat

Une campagne de sensibilisation sur le manque de fer sera lancée début avril. Utile ou simple business pharma?

Dominique Rinderknecht, ex-Miss Suisse, entre deux prises du tournage de l’une des scènes de la campagne «Check ton fer», réalisé à l’Auberge Aux 4 Vents, à Granges-Paccot.?
Dominique Rinderknecht, ex-Miss Suisse, entre deux prises du tournage de l’une des scènes de la campagne «Check ton fer», réalisé à l’Auberge Aux 4 Vents, à Granges-Paccot.?
Keystone

Mardi matin, Dominique Rinderknecht n’avait pas aussi fière allure que lorsqu’elle a coiffé son diadème de Miss Suisse en 2013. Sur son matelas de sport rose bonbon, le visage pâle et les cernes creusés, le mannequin fait une pompe, puis s’écroule. «Coupez! Cette fois c’est la bonne», s’écrie Luc Walpoth. Le jeune réalisateur a tourné en début de semaine les huit scènes de la nouvelle campagne «Check ton fer», qui illustrent les principaux symptômes d’une carence en fer. C’est dans le but de sensibiliser la population à cette dernière que, pour la deuxième année consécutive, Vifor Pharma réalise une opération sur Internet et les réseaux sociaux, qui sera lancée début avril à l’échelle suisse.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.