Neige, pluie et douceur, janvier bat tous les records

ClimatJamais le premier mois de l’an n’avait été aussi chaud à Genève et à Sion. La faute aux courants venus de l’Atlantique.

Soleil et atmosphère pleine de douceur à Genève, dimanche après-midi. La température moyenne atteint 6 °C en ce mois de janvier, une valeur jamais mesurée jusqu’ici.

Soleil et atmosphère pleine de douceur à Genève, dimanche après-midi. La température moyenne atteint 6 °C en ce mois de janvier, une valeur jamais mesurée jusqu’ici. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

De la neige en abondance sur les cimes, mais une douceur exceptionnelle pour la saison. Le mois de janvier qui prend fin s’avère particulier à plus d’un titre. À Genève, c’est tout simplement le plus chaud depuis le début des mesures officielles, en 1964!

«On en est à 6 °C en moyenne, alors que la norme en janvier à Genève (ndlr: calculée sur les trente dernières années) se situe à 1,5 °C», détaille Didier Ulrich, de MétéoSuisse. Pour trouver trace d’un mois de janvier presque aussi doux dans la Cité de Calvin, il faut remonter à 1936, précise le météorologue. Pas étonnant que les jonquilles se mettent déjà à fleurir dans les parcs publics.

Le constat est le même à Sion (4 °C) et, plus étonnant encore, à La Chaux-de-Fonds (2,4 °C). Dans la cité horlogère, à 1000 mètres d’altitude, l’écart avec la norme (–1,6 °C) pourrait ainsi atteindre 4 degrés à la fin du mois. «Ce sera certainement le cas, car aucun front froid n’est à prévoir avant début février», indique Didier Ulrich.

850 litres par mètre carré

Peut-on parler de situation paradoxale? Pas vraiment, selon le spécialiste. «Les hivers les plus froids ne sont pas ceux où il neige le plus. En fait, tout dépend de l’orientation des vents. D’ordinaire, en janvier, on a souvent des courants du nord-est, de la bise. Et des nuits claires et froides. Mais ce mois-ci, c’est toujours de l’ouest que les vents ont soufflé. Ces masses d’air qui nous viennent de l’Atlantique amènent à la fois de la douceur, des nuages et de fortes précipitations.

Genève aura ainsi vécu son 5e mois de janvier le plus pluvieux depuis 1864, avec 160 mm environ. Soit plus de deux fois la norme (75,8 mm). Mais c’est en Valais que se dévoilent les chiffres les plus spectaculaires. Sion a vu son record de précipitations exploser: 200 mm en ce mois de janvier, quatre fois plus que la norme. Idem au col du Grand-Saint-Bernard, à 2500 m d’altitude, où les pluviomètres (chauffés) de MétéoSuisse ont mesuré 850 mm d’eau, alors que la valeur «normale» est de 230 mm. Exprimé autrement, cela donne 850 litres par mètre carré. D’où les hauteurs de neige saisissantes que l’on peut voir en montagne.

De plus en plus extrême

Ces conditions inhabituelles ont-elles un lien direct avec le changement climatique? Martine Rebetez, climatologue à l’Université de Neuchâtel et à l’Institut fédéral WSL de Davos, ne peut répondre de manière définitive. Mais elle souligne deux phénomènes. «Les températures en hausse provoquent des situations de plus en plus extrêmes: de longues périodes de sécheresse, en alternance avec des phases de précipitations intenses.»

Seconde évolution: les températures augmentent davantage aux hautes qu’aux basses latitudes. «Les régions arctiques se réchauffent plus vite que celles proches de l’équateur», illustre Martine Rebetez. La professeure rappelle que la température moyenne, en Suisse, a déjà augmenté de 2 degrés, moins qu’en Arctique mais davantage qu’à l’équateur. «Cela influence les courants jets à haute altitude et modifie la circulation des masses d’air, entraînant tempêtes ou vagues d’air froid.»

Conséquence possible de l’enneigement actuel: des inondations au printemps, comme ce fut le cas au terme de l’hiver fortement neigeux de 1999. «Il faudra voir comment se passe la fonte des neiges, souligne la climatologue. Fonte progressive ou, en cas de précipitations intenses doublées de températures élevées, un risque à surveiller de près.» (24 heures)

Créé: 29.01.2018, 08h16

La sécurité à grand renfort d'explosifs

omment sécuriser les pistes lorsque le danger d’avalanche grandit? Une seule solution: déclencher préventivement des coulées de neige. Et pour cela, il faut des explosifs. En grande quantité. Ces dix derniers jours, plus de 5000 minages ont eu lieu en Suisse, avance la NZZ am Sonntag, en citant l’Institut fédéral WSL de Davos. Depuis le début de l’hiver, les domaines skiables auraient déjà utilisé près de 120 tonnes d’explosifs à cette fin. Le journal s’appuie sur les ventes annoncées par le fournisseur exclusif de ces produits dans notre pays, la Société suisse des explosifs, sise à Brigue (VS). En temps normal, cette dernière en écoule 80 à 120 tonnes par hiver. Elle se dirige donc vers un hiver record, confie l’un de ses responsables à l’hebdomadaire alémanique: «Les nouvelles commandes continuent d’arriver.»

Tous ces efforts ont sans doute permis d’épargner des vies dans les montagnes. L’institut WSL, qui répertorie tous les accidents survenus en Suisse, recense dix décès à ce jour depuis le mois de novembre. Le dernier drame en date s’est produit le 19 janvier sur les hauteurs de Sankt Stephan (BE): deux randonneurs à skis ont perdu la vie dans une avalanche. En moyenne, la mort blanche fait une vingtaine de victimes par année en Suisse

Articles en relation

Cet hiver en dents de scie qui paralyse les montagnes

Les Diablerets Aux Diablerets, des dizaines de chalets menacés par les avalanches ont été évacués dimanche soir. Les Ormonans prennent leur mal en patience. Plus...

Zermatt: le ballet des hélicoptères a repris

Intempéries Des chutes de pierre perturbaient mercredi matin le trafic ferroviaire entre Viège et Zermatt. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 5

Laeticia et l'héritage de Johnny
(Image: Valott) Plus...